Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 3 Août, 2011 dans Science

Ottawa aurait muselé une scientifique du ministère des Pêches et des Océans

(Source : Radio-Canada)

Saumons sockeye

Selon des documents obtenus par Postmedia News, le Bureau du Conseil privé qui appuie le Cabinet du premier ministre aurait interdit à la scientifique Kristi Miller de discuter d’une importante découverte au sujet du saumon rouge de la Colombie-Britannique.

Kristi Miller, une employée du ministère des Pêches et des Océans, dirige un projet de recherche de six millions de dollars sur la génétique des saumons à la Station biologique du Pacifique dans l’île de Vancouver.

Sa recherche aurait démontré qu’un virus inconnu tue une importante quantité de saumons rouges du fleuve Fraser avant qu’ils ne puissent frayer.

Commentaire :
Ce qui se cache derrière cette découverte n’est fort probablement un quelconque intérêt financier conflictuel : une usine qui déverse ses produits toxiques dans les eaux du fleuve, une expérience génétique, etc. Mais bâillonner une scientifique pour « si peu » en comparaison, disons, aux réelles causes des bouleversements climatiques, nous démontre à quel point il est pratique courante d’agir ainsi. Et ce, dans un des pays supposément  les plus libres du moment. Imaginons tout ce qu’on nous cache relativement à l’exploration spatiale, par exemple, ou encore vis-à-vis des technologies de contrôle mental alors que la simple découverte d’un virus inconnu affectant des saumons dans un fleuve est la cible d’un bâillonnement. Ceci n’est que la pointe de la pointe de l’iceberg.

En janvier dernier, la revue scientifique respectée Science a publié un article de Mme Miller au sujet de cette découverte. Les responsables de la revue ont trouvé la découverte suffisamment importante pour en avertir plus de 7400 journalistes du monde entier et les inviter à entrer en communication avec Kristi Miller.

Les documents obtenus par Postmedia News démontrent que de nombreux journalistes ont voulu faire une entrevue avec la scientifique, mais le Bureau du Conseil privé a interdit à cette employée du gouvernement de parler.

Le Bureau du Conseil privé aurait également interdit au ministère des Pêches et des Océans de publier un communiqué de presse sur la question.

Kristi Miller n’a toujours pas le droit de donner des entrevues sur la question, mais la scientifique pourra finalement faire état de ses recherches en août, car elle doit témoigner devant la Commission Cohen, la Commission d’enquête sur le déclin des populations de saumon rouge du fleuve Fraser.

Partager cet article :