Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 23 Déc, 2011 dans Science

La Théorie Quantique des Événements

(Source : DoubleCause.net)

Les physiciens Arkadiusz Jadczyk (ci-dessous) et Philippe Blanchard ont développé une extension de la Théorie Quantique en terme d’Evènements, abrégée EEQT (Event Enhanced Quantum Theory), qui a le double intérêt à mes yeux :

  • de rendre la mécanique quantique plus accessible à l’intuition, en la repositionnant dans un cadre classique où l’on travaille sur des évènements au lieu de particules,
  • de la rapprocher de la théorie du chaos, la seule théorie à l’heure actuelle qui permet de bien saisir le « comment ça marche » des propriétés créatives de l’univers.

Un tel rapprochement me paraît fondamental pour résoudre la question majeure de l’action hypothétique de l’observateur sur la réalité. On entend souvent dire « L’observateur crée sa propre réalité », mais ceci est une interprétation totalement erronée de la mécanique quantique, qui a d’ailleurs donné lieu à la dérive idéologique et spirituelle (et dommageable, je le crains) du mouvement New-Age. Même si l’on peut dans une certaine mesure considèrer que l’univers est une co-création de l’ensemble des « unités de conscience » qui le peuplent, le mécanisme par lequel cette co-création advient est bien loin de se ramener à quelque chose d’aussi simple que « prendre ses désirs pour des réalités (le piège) », pour parler crûment. L’univers est évidemment bien plus subtil, et il faut saluer les efforts d’Arkadiusz Jadcyk en particulier, un physicien très prolifique en matière de publications internationales à comité de lecture (en français, on pourra consulter ce document où elle est citée et commentée, ou simplement consulter sa page web universitaire), en faveur d’une physique avancée, une physique de l’information où le futur est déjà réalisé et où la conscience de l’observateur fait peu à peu une digne entrée, via notamment les dimensions supplémentaires de l’espace.

La raison pour laquelle je consacre cette page à la TQE est que je suis tombé sur le texte suivant qui est une vulgarisation extrapolative de cette théorie dans laquelle j’ai retrouvé mes propres intuitions (en tant que spécialiste de la théorie du chaos), sur notamment comment les choses pourraient bien se passer en matière de création de la réalité par nos observations:

Notre univers parait être composé de matière/énergie et de conscience.

La matière/énergie telle quelle « préfère », semble-t-il, l’état chaotique

La matière/énergie telle quelle n’a pas même un concept de « création » ou « d’organisation ». C’est la conscience qui donne vie à ces concepts et par son interaction avec la matière, elle pousse l’univers soit vers le chaos et la dégénérescence, soit vers l’ordre et la création.

Ce phénomène peut être mis sous forme de modèle mathématique et simulé sur un ordinateur utilisant la Théorie Quantique des Evénements. Est-ce que la Théorie Quantique des Evénements donne un modèle fidèle de l’interaction de la conscience avec la matière ? Nous ne le savons pas. Mais il y a des chances pour que ce soit le cas, parce qu’elle semble décrire les phénomènes plus correctement que la mécanique quantique orthodoxe ou ses théories rivales (Mécanique Bohmienne, GRW, etc).

Ce que nous apprenons de la Théorie Quantique des Evènements peut être dit simplement comme suit:

Appelons notre univers matériel « le système ». Le système est caractérisé par un certain « état ». Il est utile de représenter l’état du système par un point dans un disque. Le point au centre du disque, son origine, est l’état de chaos. Nous pourrions aussi le décrire comme « potentiel infini ». Les points sur le bord représentent les « purs états d’être », c’est à dire des états de « connaissance pure, non floue ». Entre les deux il y a des états mitigés. Plus l’état se rapproche du bord, plus pur et plus « organisé » il est.

Un « observateur », une « unité de conscience », extérieur, se fait une idée – peut-être exacte, peut-être fausse, peut-être entre les deux de l’état réel du système, et observe le système avec cette « conviction » au sujet de son état. L’observation, si elle se prolonge, a pour résultat que l’état du système « saute ». C’est dans ce sens qu’on crée sa propre réalité; mais comme toujours, le diable est dans le détail.

Les détails sont que l’état résultant de l’observation du système peut être plus pur ou plus chaotique, cela dépend de la « direction » du saut. La direction du saut dépend de l’objectivité de l’observation: dans quelle mesure l’observation est proche de la réalité de l’état.

D’après la Théorie Quantique des Evènements, si les attentes de l’observateur sont proches de l’état réel du système, le système saute, le plus souvent, vers un état plus organisé, moins chaotique.

Si d’autre part les attentes de l’observateur sont proches de la négation de l’état réel (c’est à dire quand les convictions de l’observateur sont plus proches du faux que du vrai par rapport à l’état REEL – la réalité objective) alors l’état du système va sauter vers un état plus chaotique, moins organisé. En outre, ce saut prendra, selon la règle, beaucoup plus de temps.

Autrement dit, si la connaissance de l’observateur à propos de l’état réel, est proche de la vérité, alors l’acte d’observation et de vérification en lui-même provoque promptement un saut et l’état résultant est plus organisé. Si la connaissance de l’observateur à propos de l’état réel est fausse, alors cela prend en général très longtemps pour provoquer un changement dans l’état du système, et l’état résultant est plus chaotique.

Ce que cela signifie c’est que de l’ordre peut être tiré du chaos grâce à l’observation de ce chaos tel qu’il EST et non pas en prétendant qu’il en est autrement.

En résumé, celui qui « croit » en la possibilité de « créer une réalité » différente de ce qu’elle EST, augmente le chaos et l’entropie. Si vos convictions sont perpendiculaires à la vérité, même si elles sont inébranlables vous êtes fondamentalement en conflit avec la vision que l’univers a de lui-même, et je peux vous assurer que ce n’est pas vous qui allez gagner. Vous attirerez la destruction sur vous-mêmes et sur tous ceux qui se livreront avec vous à ce genre d’exercice de « bras de fer » avec l’univers.

D’autre part, si vous êtes capable de voir l’univers comme il se voit lui-même, objectivement, sans cligner les yeux et en l’acceptant, vous vous alignez alors sur l’énergie créatrice de l’univers et votre propre conscience devient un transducteur d’ordre. Votre énergie d’observation, accordée de manière inconditionnelle, peut apporter l’ordre dans le chaos, peut créer à partir d’un potentiel infini.

 

Ceci est à ce jour et à mes yeux la plus séduisante interprétation vulgarisée qu’il m’ait été donné de lire à propos des implications à notre échelle humaine du problème du « réalisme » posé par la mécanique quantique.

Commentaire :
J’abonde dans le même sens.

Partager cet article :