Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 21 Oct, 2011 dans Science

La Réunion : des décharges électriques au-dessus d’un nuage orageux

(Source : MaxiSciences)

Des jets géants ont été filmés au-dessus d’un nuage orageux. Des images exceptionnelles qui devraient permettre de mieux comprendre ces fantastiques décharges électriques qui grimpent dans l’atmosphère.

Certains orages ont une face cachée : les jets (également appelés elfes ou sylphes), qui se déroulent au-dessus des nuages. La lumière ainsi produite provient des molécules d’azote de l’air. Lorsque ces dernières sont excitées, leurs électrons changent de niveau d’énergie. En revenant à leur état initial, ils produisent une lumière : les jets.

Observés depuis une vingtaine d’années, ces phénomènes ont pu être filmés pour la première fois le 7 mars 2010 par Patrice Huet de la Maison du Volcan. Des images couleurs de jets géants et des vidéos exceptionnelles de cinq jets, à une distance d’à peine 50 kilomètres, pendant un orage à l’île de la Réunion, ont ainsi été prises et révèlent avec beaucoup de détails la propagation et la structure de ce type de décharges électriques.

Celles-ci s’élèvent jusqu’à 90 kilomètres au-dessus du nuage orageux en une demi-seconde à peine. « Ces vidéos confirment que le jet géant démarre au cœur du nuage » explique Serge Soula, du Laboratoire d’Aérologie de l’Observatoire Midi-Pyrénées, qui a coordonné les travaux. Il existe deux types de jets. Le premier jet, bleu, observé pour la première fois en 1994, s’élève à 30 ou 40 kilomètres et démarre au sommet du nuage. Le jet géant, lui, n’a été vu pour la première fois qu’en 2001, à Porto Rico. Il s’élève beaucoup plus haut et part du cœur du nuage, de la zone de convection, comme l’explique Sciences et Avenir.

 

Une différence de charge dans le nuage

« D’après la théorie, établie en 2008 par des chercheurs américains, il se produit une série de décharges à l’intérieur du nuage d’orage, entre deux zones chargées électriquement« , explique Serge Soula. « Celle du haut est chargée positivement, celle du cœur du nuage est chargée négativement. Lorsque la zone du haut s’épuise, mais que le cœur est encore bien chargé, il envoie ses décharges vers le haut, où plus aucune charge positive ne l’arrête. Il peut alors se produire une décharge, un jet géant, au-dessus du nuage« .

Les vidéos prises à la Réunion confirment cette théorie. « Pour les cinq jets géants filmés, avant leur sortie nous observons une activité dans le nuage, sous forme pulsionnelle : ce sont les décharges intra-nuage« , poursuit le chercheur. « De plus notre collègue hongrois a enregistré des électromagnétiques à très basse fréquence simultanés aux jets géants, qui permettent de déduire le sens du courant et donc de connaître la charge déplacée hors du nuage« .

Lors de l’orage du 7 mars 2010 à la Réunion, qui a duré environ deux heures, trois jets se sont produits en quatre minutes, puis, 40 minutes plus tard, deux autres en seulement trois minutes. « Contrairement aux sylphes, les jets géants ne se produisent pas forcément dans de très gros orages. En revanche l’orage était très développé verticalement, sur 16 kilomètres, » précise Serge Soula, « c’est peut-être l’une des conditions de formation des jets« .


Des jets géants au-dessus d’un nuage d’orage par sciencesetavenir

Partager cet article :