Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 30 Jan, 2015 dans Santé

Québec : vaccination contre la grippe – un taux d’efficacité de 0%

(Source : La Presse – Merci à Clara)

La campagne de vaccination menée au Québec au coût de 13 millions n'a eu aucun effet sur les cas de grippe cette année, selon une étude récente. PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

La campagne de vaccination menée au Québec au coût de 13 millions n’a eu aucun effet sur les cas de grippe cette année, selon une étude récente.
PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

La campagne de vaccination contre la grippe a été un véritable échec, cette année. Des données publiées hier révèlent que le taux d’efficacité de la campagne de vaccination a été de 0% au Québec et ailleurs au Canada.

Commentaire :
Ça dépend toujours de ce qu’on entend par « efficacité ». Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été vaccinés, donc le virus s’est propagé chez au moins tous ces gens. Plus ceux de leur entourage auxquels ils l’auront donné. En somme, c’est beaucoup de gens chez lesquels on a réussi à affaiblir le système immunitaire, donc c’est déjà ça de pris.

«C’est donc dire que cette année, les personnes qui ont reçu le vaccin et celles qui ne l’ont pas reçu ont eu le même taux de protection contre la grippe», affirme le Dr Gaston De Serres, médecin épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), qui a collaboré à l’étude.

Les données sur l’efficacité du vaccin contre la grippe ont été publiées hier dans la revue Eurosurveillance, l’une des références en matière de recherches sur les maladies infectieuses dans le monde.

.

Une décision de l’OMS

Chaque année, un comité de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se réunit au mois de février pour déterminer quelles souches de la grippe seront incluses dans le vaccin de la saison suivante. «On se base sur les souches en circulation en février pour déterminer quel vaccin sera donné en novembre. Ça donne au virus le temps d’évoluer, et c’est ce qui s’est produit cette année», explique le Dr De Serres, qui ajoute que «ce qui a été choisi ne fonctionne pas du tout».

Commentaire :
Toujours pas de zombies.

Alors que l’OMS avait prévu que les souches B et H1N1 de la grippe frapperaient cette année, c’est plutôt la H3N2 qui a touché la quasi-totalité des victimes au Canada.

Aux États-Unis, la situation est quelque peu différente, puisque le taux d’efficacité du vaccin a été de 23%. «C’est vraiment une mauvaise année», note le Dr De Serres.

C’est la première fois en 10 ans que le taux d’efficacité du vaccin est si bas au Canada. «C’est sûr que pour la population, ce n’est pas satisfaisant», note le Dr De Serres. Cette année, la campagne de vaccination a coûté 13 millions au Québec, précise la porte-parole du ministère de la Santé, Marie-Clause Lacasse.

Commentaire :
Tout juste de quoi nourrir les sans abris du pays tout l’hiver.

Au Québec, la grippe a frappé tôt cette année. Durant le temps des Fêtes, les hôpitaux ont été envahis de patients atteints. À Montréal, des cliniques de grippe ont même dû être ouvertes. Selon les dernières données de l’INSPQ, 617 cas d’influenza se sont déclarés dans la semaine du 17 au 24 janvier. Le pic de l’activité grippale pourrait donc être passé, puisque dans la première semaine de janvier, plus de 2000 cas avaient été recensés.

.

Confiance ébranlée

Le Dr De Serres comprend que la confiance du public envers le vaccin contre la grippe sera ébranlée à la lumière des résultats de cette année. Mais, explique-t-il, la grippe continuera d’évoluer au cours des prochaines semaines. «La souche B pourrait arriver. La population vaccinée sera alors protégée», dit-il.

Commentaire :
Vaccination oblige.

Selon le spécialiste, il est vrai que l’efficacité du vaccin contre la grippe est «toujours imprévisible». «Mais la plupart du temps, il y a une efficacité et les gens à haut risque de décès en cas d’influenza devraient continuer de se faire vacciner, dit-il. Sauf que là, la question que ça pose, c’est qu’on constate que le vaccin est toujours en retard sur la maladie. Il faut se relever les manches et développer un vaccin qui ne sera pas soumis à ce genre d’aléas.»

Dans l’étude d’Eurosurveillance, on explique que compte tenu du faible taux d’efficacité du vaccin, les personnes à risque, comme les personnes âgées ou immunosupprimées et les travailleurs de la santé, devraient «prendre des mesures de protection supplémentaires» pour se protéger de la grippe. Ils devraient notamment se laver les mains et éviter les contacts avec les personnes atteintes.

Partager cet article :