Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 9 Nov, 2011 dans Santé

Pénuries de médicaments : les profits en seraient l’explication

(Source : Cyberpresse)

Photo d'archives, AFP.

 

Commentaire :
Voici une belle piste à suivre sachant que les pénuries de médicaments affectent plusieurs pays.

C’est la question, tout à fait pertinente, que pose ce matin le quotidien torontois Globe & Mail dans une analyse qui s’appuie sur un articlepublié la semaine dernière dans le New England Journal of Medecine.

Les pénuries de médicaments, de plus en plus fréquentes depuis deux ans, inquiètent les autorités, du président américain Barack Obama à la ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq. Ces pénuries touchent des médicaments dans plusieurs champs médicaux: antibiotiques, antidépresseurs, anesthésiants et même traitements de chimiothérapie contre le cancer.

Cependant, ces pénuries ont presque tous un dénominateur commun. Elles affectent, de façon disproportionnée, des médicaments génériques moins coûteux que les nouveaux médicaments d’origine qui cherchent à les supplanter. D’où la question de savoir si les sociétés pharmaceutiques agissent de façon délibérée, en larguant la production des médicaments les moins rentables.

L’analyse du New England Journal of Medecine cite en exemple le paclitaxel, qui sert à combattre les cancers du poumon, du sein et des ovaires, entre autres. Ce médicament générique, dont l’approvisionnement est souvent interrompu aux États-Unis, est 19 fois moins cher que le nouveau Abraxane.

Dans l’article du Globe & Mail, le président d’Apotex, Jack Kay, dénonce l’idée que les pénuries s’expliquent par la voracité des sociétés pharmaceutiques. Il affirme que les fabricants de médicaments génériques s’appuient sur des fournisseurs externes. De ce fait, ils sont à la merci de problèmes comme des arrêts de production en raison de la contamination d’une usine ou encore de la rupture d’approvisionnement d’un composant essentiel.

Cette question – vitale – mérite d’être fouillée.

Partager cet article :