Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 8 Mar, 2014 dans Santé

La vitamine D liée à une meilleure survie au cancer du sein

(Source : Psychomédia)

soleil-vitamine-d-premier-medicament

La vitamine D est liée à une meilleure survie au cancer du sein, indique une étude publiée dans la revue Anticancer Research.

Cedric F. Garland de l’Université de Californie (San Diego) et ses collègues ont réalisé une méta-analyse de 5 études portant sur le lien entre les niveaux sanguins de 25-hydroxyvitamine D, un métabolite de la vitamine, au moment du diagnostic de cancer du sein et la survie après 9 ans. Ces études impliquaient un total de 4443 femmes atteintes de la maladie.

Les métabolites de la vitamine D augmentent la communication entre les cellules en activant une protéine qui bloque la division cellulaire agressive (responsable de la croissance des tumeurs), explique le chercheur.

La concentration moyenne de 25-hydroxyvitamine D dans le groupe ayant les niveaux les plus élevés était de 30 nanogrammes par millilitre (ng/ml) alors que la moyenne dans le groupe ayant les niveaux les plus faibles était de 17 ng/ml. La moyenne chez les femmes atteintes de cancer du sein aux États-Unis était de 17 ng / ml.

« L’étude a des implications quant à l’inclusion de la vitamine D comme adjuvant au traitement classique du cancer du sein », estime Heather Hofflich, coauteur.

Les chercheurs recommandent que des essais cliniques randomisés soient réalisés afin de comparer le traitement classique sans et avec la vitamine D afin de confirmer le rôle de cause à effet joué par la vitamine D. Ils suggèrent aussi que des compléments de la vitamine pourraient être ajoutés au traitement classique sans attendre les résultats de ces études afin d’élever les niveaux sanguins à 30 ng/ml.

A 2011, une méta-analyse (combinaison des données de plusieurs études) de Garland et ses collègues estimait qu’un niveau sanguin de 50 ng/ml était associé à un risque 50 % plus faible de cancer du sein.

Bien qu’il existe des variations dans l’absorption, les gens qui consomment 4000 unités internationales (UI) par jour de vitamine D dans les aliments et les compléments obtiennent normalement un niveau sanguin de 50 ng/ml, précise le chercheur.

Il recommande aux patients de demander à leur médecin que leurs niveaux sanguins soient mesurés avant d’augmenter substantiellement leur apport en vitamine D.

Les recommandations du National Institutes of Health américain sont de 600 UI par jour pour les adultes et de 800 UI pour les personnes de plus de 70 ans.

Voyez également:

Partager cet article :