Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 9 Avr, 2013 dans Propagande

Un guide d’Al-Qaïda pour le parfait loup solitaire

(Source : La Presse – Merci à Clara)

Commentaire :
Voilà le genre d’article qui donne froid dans le dos. Non pas qu’il soit apeurant « qu’Al-Qaïda » publie son magazine sur le Net, mais lorsque nous reprenons les mensonges depuis le début avec 1) les services secrets américains et israéliens créant l’entité terroriste « Al-Quaïda », 2) l’affreuse imposture que sont les attaques du 11 septembre, 3) la mainmise sur les droits et libertés fondamentaux des peuples, 4) la machine médiatique qui tourne à plein régime… Qu’un journaliste lambda mainstream décrive ce que le groupe terroriste mondial de l’heure met sur son site Web est tout simplement… onirique, orwélien, complètement fantaisiste. Et pourtant, c’est la « réalité » de la majeure partie d’entre nous. Oui, froid dans le dos. 

Cette page, tirée du guide, est consacrée à l’utilisation du AK-47.
IMAGE TIRÉE DU WEB

Paradoxe. Pendant que les services de renseignement occidentaux s’inquiètent du nombre croissant de citoyens qui se joignent à des groupes terroristes à l’étranger, Al-Qaïda diffuse depuis peu sur le web son guide pratique du parfait et efficace «djihadiste solitaire» à domicile.

Le Lone Mujahid Pocketbook, que La Presse a consulté, compte une soixantaine de pages en couleurs, et en anglais. Il est téléchargeable sur des forums djihadistes connus.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), à qui l’on doit aussi le magazine Inspire, en revendique la paternité.

«Plusieurs croient que pour défendre la oumma [communauté], il est nécessaire de voyager afin de rejoindre les moudjahidines et s’entraîner dans leurs camps, lit-on. Mais nous disons aux musulmans en Amérique et en Europe qu’il existe une solution meilleure et plus facile.»

En l’occurrence, mener un combat individuel sur son propre sol.

Nidal Malik Hasan, psychiatre militaire qui a tué 13 soldats dans la base de Fort Hood, au Texas, en 2009, est cité en exemple.

«C’est le genre de matériel disponible sur le web qui peut nous causer des problèmes, s’inquiète Michel Juneau-Katsuya, ex-agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS). Les recruteurs d’Al-Qaïda s’en donnent à coeur joie pour abuser de notre liberté d’expression. C’est ainsi que les jeunes de London [morts en Algérie] se sont fait avoir.»

Le Canada figure parmi la dizaine de pays à viser, tout comme les États-Unis, Israël ou la France. Autant de pays ciblés à cause du soutien de leur gouvernement et de leur population à l’occupation israélienne de la Palestine et de l’invasion en Afghanistan, justifie-t-on.

Les auteurs expliquent d’abord comment réaliser des attaques et des actes de sabotage avec les moyens du bord. «Tout ce qui est nécessaire, c’est la volonté de donner une vie à Allah.»

Cela va de l’incendie de véhicules stationnés à différentes façons de causer des accidents de la route mortels – si possible un samedi soir, car c’est le moment où «les mécréants ont souvent bu».

Dans le même esprit, le djihadiste solitaire se voit expliquer comment provoquer des incendies de forêt dévastateurs avec des bombes incendiaires.

 

Bombes et AK-47

Étape suivante: comment faire sauter un bâtiment. Fabrication de bombes artisanales «dans la cuisine de maman» avec des ingrédients usuels et anodins, ainsi que des détonateurs à distance – rien ne manque.

Les rédacteurs décortiquent toujours avec la même présentation graphique remarquable le processus d’élaboration de peroxyde d’acétone (ou TATP), un puissant explosif plutôt instable…

Quelques pages sont aussi consacrées à l’entraînement et à l’utilisation d’armes de poing et du mythique AK-47.

Enfin, pour déjouer la surveillance du cyberespace par les services de police et de renseignement, le guide suggère l’utilisation d’un programme spécial pour sécuriser les communications.

Ni la Gendarmerie royale du Canada ni le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, n’ont voulu commenter la question.

«Inspire est juste l’un des nombreux véhicules de propagande utilisés pour promouvoir l’extrémisme violent, constate Tahera Mufti, porte-parole du SCRS. Notre mandat est de recueillir des renseignements sur les menaces à la sécurité du Canada et de nos alliés et, ce faisant, nous sommes au courant de cette publication.»

Dans l’un de ses rapports «d’évaluation de la menace», le SCRS a déjà étudié les moyens de «perfectionnement des compétences paramilitaires des extrémistes inspirés par Al-Qaïda» facilement accessibles dans internet.

Mais les agents de renseignement mentionnaient alors que des «guides sur des tactiques criminelles et violentes» par d’autres extrémistes (anarchistes, militants de droite, etc.)» étaient tout aussi accessibles, même sur YouTube.

Partager cet article :