Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 1 Août, 2011 dans Presse libre

Pour les « médias officiels », Mecanopolis serait un dangereux site extrémiste…

(Source : Mecanopolis)

Deux articles publiés la semaine dernière, l’un dans le Nouvel Observateur et l’autre dans Le Matin Dimanche, dépeignent Mecanopolis comme un dangereux site extrémiste.

Pour la Matin Dimanche, Mecanopolis serait un site… islamophobe. Sous le titre «L’islamophobie se lâche sur Internet », le journaliste Jean-Claude Péclet écrit en effet « la tuerie d’Oslo révèle le foisonnement de sites Internet anti-islamiques, identitaires ou d’extrême droite : Jihad Watch en anglais (…) Mecanopolis en Suisse. »

Contacté par téléphone hier soir, M. Péclet nous indiqué « n’avoir consulté que quelques articles sur Mecanopolis » et qu’il lui semblait que nous faisions partie de cette « mouvance » sans être toutefois en mesure de nous indiquer de quels textes il s’agissait. Pourtant, la plus petite des investigations aurait pu permettre à ce journaliste de saisir que, s’il fallait étiqueter Mecanopolis, ce serait plutôt comme un site « pro-musulman ». Comment en effet passer à côté des tribunes de Hani Ramadan que nous reprenons régulièrement, et des articles tels quIslam, l’ennemi fabriquéLe Nouvel ordre mondial à l’assaut de l’Islam, ou L’Islam n’est pas l’ennemi, pour ne citer que ces exemples ?

Cliquer pour agrandir

 

Article du Nouvel Observateur

Un article du Nouvel Observateur daté du 26 juillet dernier, sous le titre évocateur « Plongée dans la fachosphère », dresse un autre portrait de notre site :

« Pour sa part, le site suisse Mécanopolis a fait de la théorie du complot son fond de commerce. Mécanopolis défend ainsi son point de vue : En réalité, les ‘théories du complot’ basées sur des faits indiscutables (…), peuvent justement permettre de comprendre la marche réelle des affaires, ce que le pouvoir en place veut éviter à tout prix. Tout un programme ! »

Le Nouvel Observateur aura ici judicieusement coupé une phrase du texte initial de sorte à caricaturer notre propos :

« Le mot « complot » faisant directement référence à des histoires paranoïaques et dénuées de toute crédibilité, grâce aux clichés dispensés par les productions cinématographiques pour le grand public portant sur ce thème. En réalité, les « théories du complot » basées sur des faits indiscutables et débarrassées de leurs traits caricaturaux, peuvent justement permettre de comprendre la marche réelle des affaires, ce que le pouvoir en place veut éviter à tout prix.»

C’est effectivement tout un programme, comme l’indique l’hebdomadaire français, que nous nous proposons de développer depuis quatre ans. Mais, contrairement au Nouvel Observateur, dont le site Internet comme la version papier sont saturées de publicités en tous genres, Mecanopolis n’est pas un « fond de commerce ».

La calomnie faisant boule de neige, nous ne doutons pas que ce genre d’accusation, aussi mensonger que grotesque, sera rapidement transformé en rubrique permanente. Les journalistes d’aujourd’hui sont si habitués à la soumission des groupes financiers internationaux qui les dirigent, devant ce qu’ils appellent les « exigences de l’information », dont ils sont apparemment les grand prêtres, et en réalité les salariés, que beaucoup d’entre eux supposent de fait comme coupable tout ce qui n’appartient pas à leur ligne de pensée  unique.

Puisque plus personne ne peut les contredire, les « médias officiels » ont le droit se contredire eux-mêmes. Après avoir fait pendant plus de dix ans leur « fond de commerce » sur la « nébuleuse islamiste » en général et les musulmans en particuliers, et d’avoir été ainsi à l’avant-garde de la propagande islamophobe – qu’il convient bien sûr de faire porter à d’autres – c’est un nouveau genre de mensonge qu’il veulent inaugurer aujourd’hui : le choc des civilisations (1). Et l’on peut s’attendre dans les prochaines semaines à une déferlante de « nouveaux spécialistes », vite formés, qui essaieront de cacher les étroites limites de leurs connaissances par la répétition dogmatique de quelques arguments illogiques.

Ce qui est absolument certain, c’est qu’à défaut de faire parler les bombes, Mecanopolis va continuer à faire parler les imbéciles. Néanmoins, comme nous ne sommes pas exactement des paillassons sur lesquels on peut s’essuyer les pieds au grès de ses humeurs,  nous poursuivrons dorénavant tous ceux qui s’aventurent sur le terrain de l’insulte et de la diffamation.


1. Lire à ce sujet notre article du 22 avril dernier La guerre civile à l’horizon de l’Europe

Lire également Plus de 4 millions de visiteurs sur Mecanopolis en une année

Partager cet article :