Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 31 Mar, 2017 dans OGM

Le lobbying de Monsanto : une attaque contre notre planète et la démocratie (Le rapport 2016)

(Source : Combat Monsanto)

Combat Monsanto et Corporate Europe Observatory publient un rapport en français sur les pratiques d’influence de Monsanto et le « lobby OGM » à l’échelle mondiale, européenne et française.

La pyramide de l’influence – Monsanto (2016)

Lobbying, science sous influence, conflits d’intérêts au sein des institutions ou capture de la décision, ce nouveau rapport dévoile les stratégies et les réseaux d’influence de Monsanto dans le monde. Réalisé par l’ONG bruxelloise Corporate Europe Observatory (CEO) et Combat Monsanto, le rapport « Le lobbying de Monsanto : une attaque contre notre planète et la démocratie » a été publié à l’occasion du Tribunal Monsanto à La Haye (Pays-Bas) du 14 au 16 octobre 2016.

Le lobbying de l’industrie se répartit principalement en trois domaines : celui ciblant directement les décideurs ; les relations publiques et la propagande envers l’opinion ; et enfin la contestation de la science.

Pour imposer les OGM ou maintenir des pesticides toxiques sur le marché, les sociétés comme Monsanto sont représentées par de nombreux cabinets de lobbying, coalitions d’entreprises par secteur (chimie, OGM, glyphosate) et disposent de « leaders d’opinion  » pour vanter leurs louanges dans les médias. Pour diversifier leurs stratégies, ces entreprises rétribuent, plus ou moins discrètement, des scientifiques qui leur servent de porte-parole non-officiels ou infiltrent les groupes d’expertises (problème des conflits d’intérêts). Elles peuvent enfin compter sur les « portes-tournantes » pour recruter d’anciens hauts fonctionnaires ou dirigeants comme lobbyistes attitrés auprès d’administration dont ils connaissent les rouages et disposent du carnet d’adresse.

Les multinationales de l’agrobusiness mènent également des projets de greenwashing ou faussement humanitaires pour construire une image erronée auprès du public comme cette histoire du « Riz doré » génétiquement modifié ou le soutien à la Fondation Bill & Melinda Gates pour les activités de Monsanto en Afrique dans le but de faire breveter les semences et introduire les OGM.

Commentaire :

« Les institutions de l’Union européenne et le gouvernement des États-Unis sollicitent souvent elles mêmes le lobbying des entreprises, leur offrant ainsi un accès privilégié aux prises de décisions » rappelle l’ONG CEO, mentionnant le rôle joué par les multinationales dans les négociations des nouveaux traités commerciaux que sont le CETA (Canada/UE), le TAFTA (USA/UE) ou le TPP (trans-Pacifique). «  Cette symbiose contre-nature permet aux entreprises de capturer les prises de décisions, ce qui a pour conséquence de nous conduire tout droit à une démocratie vidée de sa substance, mais également à la catastrophe environnementale et à de graves injustices sociales » précise l’ONG bruxelloise.

Ayant participé à la réalisation de ce rapport international, pour la publication de sa traduction française, Combat Monsanto ajoute un chapitre sur quelques-uns des acteurs français du «  lobby pro-OGM », démontrant les conflits d’intérêts dissimulés qui entourent encore trop souvent la parole d’ « experts » médiatiques ou impliqués dans les prises de décision et la gestion des risques sanitaires.

Commentaire :
Si ce rapport ne s’affiche pas correctement dans le lecteur ci-bas, vous pouvez le télécharger ici.

monsanto_fr_v2_web

Partager cet article :