Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 6 Sep, 2011 dans Horreur de la situation

Viandes synthétiques : des steaks conçus à partir de matières fécales

(Source : ZeGreenWeb)

Utiliser des matières fécales pour confectionner de la viande. Pas très ragoûtant, et pourtant… En mettant un certain nombre d’éléments que d’aucuns trouveraient élémentaires, la trouvaille du Japonais Mitsuyuki Ikeda dispose de plusieurs atouts de choix.

Les stations d’épurations nippones sont actuellement dans l’incapacité de traiter la totalité des boues. Une situation qui déplaît de plus en plus aux autorités, lesquelles ont demandé à ce scientifique de réfléchir à de nouvelles solutions de recyclage. M. Ikeda s’est exécuté, observant dans un premier temps que ces boues, principalement constituées de matières fécales, permettent la prolifération de nombreuses bactéries. Or, ces dernières sont synonymes de protéines nécessaires au bon fonctionnement du corps humain et qui sont en l’occurrence présentes en grande quantité.

Commentaire :
Je veux bien croire que ce que nous mangeons est de la merde, mais il y a une énorme différence entre une expression et la réalité de celle-ci! Nous ne sommes plus très loin du classique « soleil vert »…

Le scientifique a donc pensé à les extraire, avec au bout du compte l’idée de les recycler pour un usage alimentaire. Après analyses, il se trouve qu’en termes de nutriments la composition des boues précitées se rapproche d’un aliment en particulier : la viande.

Pour que son expérience rencontre le succès escompté, le professeur a dû concevoir un processus de fabrication de viande artificielle. Une fois les protéines extraites et les bactéries tuées à haute température, il ne restait plus qu’à reproduire la texture, la couleur et bien sûr le goût de la viande. Des étapes réalisables au regard des techniques actuelles et du panel de colorants alimentaires disponibles.

Un test consommateur a ensuite été effectué pour certifier de la qualité du produit et il s’est avéré que cette viande artificielle ressemblait bel et bien à celle du bœuf. Mieux : ce steak d’un nouveau genre, composé de 63% de protéines, 25% d’hydrates de carbone, 9% de minéraux et 3% de lipides, serait meilleur pour la santé que son aîné classique (!)

Et si son prix est actuellement de 10 à 20 fois supérieur à celui d’un steak vendu en boucherie en raison des frais de recherches et de développement, l’initiative n’en demeure pas moins louable. En plus de solutionner les problèmes de boues d’épuration au Japon, elle permet en effet de réduire les émissions de gaz à effets de serre (GES), étant entendu que l’élevage de bovins contribue à hauteur de 18 % aux rejets carbone mondiaux. On peut tout de même se demander qui serait prêt à manger un steak préparé à partir de déjections, tout du moins en connaissance de cause…

Crédits photos : flickr – Michael Cannon / Alexandre Vialle

Partager cet article :