Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 30 Août, 2011 dans Horreur de la situation

Syphilis et blennorragie : les inoculations « expérimentales » par les É.U. au Guatemala

(Source : Cyberpresse – Titre original « Expériences américaines au Guatemala: 83 morts dans les années 1940 »)

PHOTO: LA PRESSE

Les expériences médicales de scientifiques américains dans les années 1940 au Guatemala ont tué au moins 83 personnes, a révélé lundi une commission mise en place par le président Barack Obama.

Des quelque 5500 personnes soumises à ces expériences, qui comprenaient dans bien des cas l’inoculation de maladies sexuellement transmissibles, «nous pensons que 83» sont mortes, a dit un membre de la commission, Stephen Hauser.

Commentaire :
Les maladies transmisibles sont intéressantes pour les études morbides de ce genre car elles sont… transmissibles. Pas besoin d’infecter toute une population pour infecter… toute une population.

Celui-ci a précisé que la commission n’avait pas encore déterminé le niveau de lien, «direct ou indirect», entre les expériences et les décès survenus.

Les scientifiques avaient sciemment inoculé, et à leur insu, à près de 1300 personnes la syphilis et la blennorragie. De ces 1300 personnes, seules «700 ont bénéficié d’un quelconque traitement», a ajouté M. Hauser lors d’une réunion destinée à présenter les conclusions préliminaires de la commission.

Ces expériences, qui ont eu lieu entre 1946 et 1948, ont été financées par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH).

Commentaire :
Aujourd’hui, ce serait l’OMS.

Cette expérimentation visait à déterminer si la pénicilline, dont on commençait à se servir, pouvait prévenir ces maladies.

Les chercheurs avaient choisi comme cobayes des personnes vulnérables, y compris des malades mentaux, et ne les ont informées ni de l’objet de leur recherche, ni de ce qui allait leur arriver. Ils les ont encouragées à transmettre des maladies sexuelles et n’ont pas traité celles qui ont contracté la syphilis.

Selon la présidente de la commission, Amy Gutmann, il s’agit là d’une «injustice historique» faite aux populations concernées. Elle a assuré que l’enquête en cours cherchait «à honorer les victimes et à nous assurer que cela ne se reproduira plus».

La commission, qui a étudié plus de 125 000 documents liés à ces expériences et qui doit rendre ses conclusions finales en septembre, a été mise en place sur ordre de Barack Obama en novembre de l’année dernière. Un mois auparavant, les Etats-Unis, via la secrétaire d’État Hillary Clinton et la ministre de la Santé publique, Kathleen Sebelius, avaient présenté leurs excuses à des centaines de Guatémaltèques infectés délibérément et à leur insu par la syphilis et la blennorragie.

Commentaire :
Présenter des excuses, voilà qui aide énormément la cause.

Début octobre 2010, la présidence du Guatemala avait annoncé que le président Alvaro Colom allait diriger une commission spéciale d’enquête sur ces expériences, qu’il avait qualifiées de «crimes contre l’Humanité».

Le principal chercheur américain impliqué dans ces expériences au Guatemala, le Dr John Cutler, décédé en 2003, a aussi joué un rôle important dans une autre recherche aux Etats-Unis menée durant 40 ans (1932-1972) sur 400 Noirs à Tuskegee dans l’Alabama.

Des travailleurs saisonniers avaient été recrutés par les autorités médicales dans le cadre d’une recherche au cours de laquelle tout traitement contre la syphilis leur avait été refusé afin d’étudier l’évolution de la maladie.

Les chercheurs leur avaient menti en leur disant les traiter pour d’autres problèmes de santé.

Commentaire :
Et ensuite, certains nous croient paranos à l’encontre des vaccins… « Ils ne feraient pas ça, voyons! » « Ils » l’ont fait, le font et le feront encore.

Partager cet article :