Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Pages Menu
Menu

Publié le 10 Fév, 2015 dans Horreur de la situation

Monde sans conscience : la corde qui a pendu Saddam Hussein est à vendre

(Source : Nouvel Obs – Merci à Clara)

Saddam Hussein en janvier 2006 Darko Bandic/AP/SIPA

Saddam Hussein en janvier 2006 Darko Bandic/AP/SIPA

La corde qui a servi à pendre Saddam Hussein en Irak en novembre 2006 est mise aux enchères à 7 millions de dollars prix plancher, révèle le site internet du journal arabophone al-Araby al-Jadeed, basé à Londres, relayé par « Le Figaro » mardi 10 février.

Commentaire :
Difficile de se rendre compte à quel point l’humain, parmi la race « humain », se fait rare. 7 millions pour une corde qui a tué plutôt que nourrir ou guérir des milliers de personnes… Le vrai problème? La majorité trouve tout ça tout à fait normal. Quelqu’un peut m’aider à m’échapper de cette roche sanglante que l’on nomme Terre?

Son vendeur ? Mowaffak al-Rubaie, membre du conseil du gouvernement irakien de l’époque, qui a retiré l’escabeau sous les pieds de l’ancien dictateur, et avait précieusement gardé la corde depuis.

Selon le journal al-Araby al-Jadeed, plusieurs acheteurs seraient déjà prêts à faire une offre : une famille israélienne, une organisation religieuse iranienne et deux hommes d’affaires venus du Koweït seraient sur les rangs.

.

Un buste dans l’entrée

Mowaffak al-Rubaie, lui, a également conservé comme souvenir, en plus de la fameuse corde, un buste en bronze à l’effigie de l’ancien dictateur, qu’il a installé dans le hall d’entrée de sa demeure.

Commentaire :
Bien sûr, nous faisons tous ça : conserver le buste de quelqu’un que nous avons légalement assassiné dans notre hall d’entré. Oh, ça ne doit pas être vrai, pincez-moi, je suis sûrement encore en train de rêver un bon cauchemard.

Opposant farouche à Saddam Hussein, diplômé de médecine de l’université de Bagdad en 1977 et de l’École royale de Londres en 1979, il a fondé un des principaux partis d’opposition irakiens. Il a été plusieurs fois torturé et condamné à mort par contumace, avant de pouvoir rentrer de son exil britannique en 2003, à la faveur de l’intervention américaine dans son pays.

Nommé conseiller à la sécurité en 2004, il aurait facilité l’implantation des services secrets américains et anglais.