Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 22 Août, 2014 dans Horreur de la situation

Ebola : 75,000 humains en quarantaine… à grands coups de matraque

(Source : Le Monde + Huffington Post)

Liberia, un bidonville coupé du monde

ebola-quarantaine

Pour espérer contenir l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui fait rage au Liberia — le pays où le taux de mortalité est le plus important et le plus rapide, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) — le gouvernement prend des mesures draconiennes. Deux quartiers de la capitale, Monrovia, ont été placés en quarantaine et sous surveillance sécuritaire, alors que dans le reste du pays, un couvre-feu a été instauré.

La situation est particulièrement compliquée dans le bidonville de West Point, véritable ghetto de la capitale, dans lequel 75 000 personnes s’entassent dans un espace d’un demi-kilomètre grillagé, sous la surveillance de la police. Les images qui en parviennent sont difficilement soutenables.

 

Liberia Battles Spreading Ebola Epidemic

 

Liberia Battles Spreading Ebola Epidemic

Commentaire :
Ça doit vraiment être la meilleure méthode possible : entasser 75,000 personnes dans 500 mètres carrés. Les frapper et les matraquer pour empêcher… un virus de se propager! Oh, sans compter le fait de les priver d’une nourriture adéquate. Je suis persuadé qu’ils iront mieux dans un jour ou deux…

.

NI CENTRE DE TRAITEMENT NI ÉQUIPEMENTS

Il y a quatre jours, l’attaque dans ce quartier d’un centre médical avait provoqué la fuite de dix-sept patients porteurs du virus Ebola. Ces derniers ont depuis été retrouvés et transférés vers un autre centre.

Pour le moment, décrit un professeur et habitant du quartier à RFI, personne ne quitte West Point et personne n’y entre, mis à part quelques officiels du gouvernement, l’armée et quelques organisations internationales. En ce qui concerne Ebola, il n’y a plus de centre de traitement pour les patients ni d’équipements puisque le centre qui était ici a été fermé.

Partager cet article :