Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 29 Oct, 2013 dans Faites vos jeux, rien ne va plus

Flashback – le prix mondial de l’alimentation décerné à… Monsanto et Syngenta!

(Source : Le Temps)

(STR / Syngenta / Keystone)

Le «World Food Prize» récompensera demain les grands barons de l’agroalimentaire transgénique. Normal, il est parrainé par ces mêmes groupes. L’occasion de faire le point sur leurs ambitions dévorantes en Afrique.

C’est demain, au lendemain de la Journée mondiale de l’alimentation, qu’aura lieu aux Etats-Unis la cérémonie de remise du «World Food Prize», attribué cette année à trois figures historiques de la recherche sur les semences transgéniques: le vice-président de Monsanto, Robert T. Fraley, la chercheuse américaine et membre fondatrice de Syngenta, Mary-Dell Chilton, ainsi que le scienti­fique belge Marc Van Montagu, président de l’European Federation of Biotechnology, le puissant lobby pro-OGM à Bruxelles.

Commentaire :
Après tout, on attribuait le Nobel de la Paix à Obama en 2009. Même chanson, couplet différent.

Vanté par ses promoteurs comme «un Prix Nobel de l’alimentation et de l’agriculture», le «Prix mondial de l’alimentation» voit sa crédibilité en prendre toutefois un sacré coup lorsque l’on consulte la liste de ses sponsors. On y retrouve en effet le gratin de l’agrobusiness mondial, tels Nestlé, Cargill, Archer Daniels Midland Company; le fleuron des ­fabricants de semences transgé­niques que sont Syngenta, Monsanto (qui a donné 5 millions de dollars au prix en 2008), Bayer CropScience, DuPont Pioneer; ainsi que les fondations américaines Bill & Melinda Gates et Rockfeller, très actives dans la promotion des biotechnologies partout dans le monde.

Lors de l’annonce du nom des lauréats en juin dernier, Eric Holt-Giménez, le directeur de l’ONG Food First, avait souligné, dans les colonnes du New York Times, qu’en raison de son «obsession grandissante» pour les biotechnologies, le World Food Prize «ignorait les succès» de méthodes ­agricoles non industrielles. Le bimensuel américain d’investigation Mother Jones avait également relevé que, «depuis quelques années, la plupart des lauréats travaillent dans les mêmes structures agro-industrielles que celles qui financent les partenaires du prix».

Reste que la cérémonie du 17 octobre sera utilisée comme un formidable outil de promotion par Monsanto, Syngenta et tous les autres «parrains» du prix, pour faire passer le message d’une agriculture industrielle high-tech et transgénique triomphante; tout particulièrement en direction du continent africain, devenu une priorité pour l’administration Obama, qui multiplie les initiatives pour y promouvoir des opportunités d’affaires.

Partager cet article :