Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 28 Fév, 2012 dans Faites vos jeux, rien ne va plus

Bientôt : un hamburger fait avec des cellules souches et du fromage « analogue »

(Source : Cyberpresse + L’éveil 2011)

«La viande produite à partir des cellules souches doit ressembler exactement à celle que nous avons l'habitude de consommer autrement il sera impossible de convaincre les gens de renoncer à ce qu'ils connaissent», a dit le Dr Mark Post. PHOTO: ROBERT MAILLOUX, ARCHIVES LA PRESSE

 

Le premier hamburger fait à partir de cellules souches bovines encore dans les éprouvettes d’un laboratoire néerlandais devrait être prêt cet automne, une avancée pouvant bouleverser l’élevage, l’alimentation mondiale et bénéficier à l’environnement.

Commentaire :
Bon pour l’environnement, oui, bien sûr. Continuons l’horreur des gaz de schiste, des centrales et armes nucléaires, mais coupons dans l’élevage d’animaux et ce sera bon pour l’environnement. Bien sûr.

Le Dr Mark Post, un médecin de formation et patron du département de physiologie de l’Université de Maastricht (Pays-Bas), prévoit de dévoiler ce hamburger en octobre, a-t-il dit à la presse en marge de la conférence annuelle de la Société américaine pour l’avancement de la science (AAAS) réunie ce week-end à Vancouver.

Le coût pour produire ce premier hamburger «expérimental» se monte à 250 000 euros (329 000$), a précisé ce chercheur ajoutant aussitôt que le second devrait être plus abordable à 200 000 euros.

Ce projet a été financé par un riche donateur qui souhaite rester anonyme, a-t-il dit, expliquant que ce dernier voulait «voir diminuer le nombre d’animaux de ferme abattus pour leur viande et réduire ainsi les émissions de gaz à effet de serre résultant de l’élevage».

Commentaire :
Ces idées sectaires de couper dans la qualité de notre alimentation à cause du « réchauffement » climatique « anthropique » est d’une cécité à couper le souffle. J’imagine que ce même donateur n’oserait pas envisager ne plus acheter d’ordinateurs pour diminuer la pollution dû aux nombreux métaux toxiques utilisés…

«La production de viande devrait doubler d’ici 2050 pour répondre à la demande et mobilise déjà 70% de nos terres agricoles», a estimé le Dr. Post.

L’élevage contribue au réchauffement climatique avec les émissions de méthane, un gaz à effet de serre vingt fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2) et compte pour 18% du total.

Commentaire :
Eh oui, après la « faute au humains », c’est le tour de la faute aux animaux! Tout SAUF le gros bon sens…

«Mon projet vise à créer de la viande à partir de n’importe quelles cellules souches en utilisant une technologie développée dans le champ médical depuis plus de vingt ans et qui arrive à maturité», a souligné le Dr Post.

Pour ce premier hamburger, il a utilisé des cellules des muscles du squelette de bovins cultivés dans du sérum foetal de veau.

«Les tissus produits ont exactement la même structure que les originaux», a assuré ce scientifique soulignant que la technologie était bien maîtrisée.

«Nous allons présenter la preuve que cela est possible ce qui pourrait ouvrir la voie au début du développement de ce produit et à tous les processus pour en rendre la production plus efficace, ce qui est essentiel», a-t-il poursuivi.

«La viande produite à partir des cellules souches doit ressembler exactement à celle que nous avons l’habitude de consommer autrement il sera impossible de convaincre les gens de renoncer à ce qu’ils connaissent», a relevé le Dr Post tout en disant «espérer réussir cela d’ici l’automne».

Commentaire :
Miam!

La viande produite en laboratoire pourra être contrôlée pour présenter certaines qualités comme par exemple contenir des niveaux élevés d’acides gras polyinsaturés (oméga 3) bons pour la santé.

Commentaire :
…qui ne sont justement pas vraiment bons pour la santé. Faites vos recherches : le gras saturé est la source première via laquelle nous devrions aller chercher un maximum de calories (non, ça ne fait pas grossir, le sucre, si) et non pas dans le gras polyinsaturé qui est la forme la plus toxique de gras.

Cette technique peut aussi permettre de produire de la viande de tout animal, a précisé le chercheur qui a lancé ce projet il y a six ans et espère voir cette viande produite à grande échelle dans les dix à vingt prochaines années.

Patrick Brown, professeur de biochimie à l’Université de Stanford (Californie), a souligné durant la même conférence de presse l’importance selon lui «de dénoncer l’agriculture actuelle –et surtout l’élevage– comme la plus grande catastrophe environnementale mondiale en cours».

Commentaire :
Ne lui viendrait probablement pas à l’idée de se pencher du côté du nucléaire…

«Cette technologie (de l’élevage) n’a pas fondamentalement changé depuis mille ans» et consiste à soustraire les éléments nutritifs des plantes pour nourrir des animaux pour leur viande, a-t-il dit.

«J’ai décidé de consacrer le restant de ma vie de scientifique au développement de technologies alternatives afin de produire des aliments pouvant remplacer la viande et les produits laitiers», a insisté le biochimiste.

Il a créé dans ce but deux «starts up» mais sans donner davantage de précisions sur les produits qu’il espère développer.

Commentaire :
Et peut-être n’en saurons-nous pas davantage même une fois dans nos assiettes. Comme le fromage « analogue », vous connaissez?

 

Un faux fromage plus vrai que nature… le fromage « analogue »

Le fromage analogue, ça vous dit quelque chose ? Moi, j’avoue que ça m’avait échappé. Ce n’est pas un nouveau fromage, non. Ça ressemble au fromage, ça le goût du fromage et c’est un scandale alimentaire.

Et vous en consommez à l’insu de votre plein gré dans nombre de pizzas, lasagnes, cheeseburgers et autres plats industriels où il y a soi-disant du fromage genre gouda, mozzarella, emmental et autres fromages à pâte dure.

Il existe deux versions de fromage analogue inventées par Cargill, un fabricant américain de produits pour l’industrie agro-alimentaire implanté dans 63 pays.

L’un est une pâte composée de 15 % de protéines laitières, d’huile de palme et d’exhausteurs de goût qui existe depuis 2007.

L’autre appelé « Lygomme TACH Optimum, » destiné au marché européen et datant de 2009, est composé de trois amidons, d’un galactomannane (E 410,412, 417), d’un carraghénane (E 407), tous deux gélifiants, et d’arômes. Quoi de plus appétissant?

Et, tenez-vous bien, il a fait partie des trois nominés aux Food Ingredients Excellence Awards 2009, catégorie « Innovation de l’année pour la Laiterie ».

S’il ne l’est pas pour les consommateurs qui sont bernés, ce Lygomme est optimum pour les industriels car il coûte 60 % de moins que l’autre fromage analogue (et 200 % de moins qu’un vrai fromage) : ils se sont rués dessus depuis la flambée du prix du lait.

En plus, Cargill se glorifie cyniquement d’avoir inventé un truc bon pour la santé car son Lygomme ne contient pas de graisses saturées, ni de lactose et convient aussi bien à l’alimentation halal que kasher. C’est vraiment pousser le bouchon de la morgue financière très loin.

Commentaire :
Pas de graisses saturées! Encore une fois, on nous prive de ce qui est le plus sain et non toxique (à l’inverse du sucre et des gras polyinsaturés) dans notre alimentation… au nom du profit.

Vous croyez manger du fromage (donc des protéines et du calcium) avec votre pizza, vos lasagnes, votre cheeseburger et en fait vous absorbez une infâme pâte qui ne vous apporte rien de bon pour votre santé.

La Commission Européenne a autorisé l’emploi de ce fromage analogue à condition que les ingrédients qui le composent soient indiqués sur l’étiquette. Mais qui va regarder ces minuscules caractères ? Qui va comprendre que le galactomannane et le carraghénane, c’est le fromage ? Voilà une bonne raison de plus pour faire vos pizzas vous-même.

 

© 2012, Le Jardin de Joeliah.

Partager cet article :