Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 11 Août, 2011 dans Divers

Le pétrole ne serait pas d’origine biologique : le « pic pétrolier », une invention

(Source : Agoravox)

origine-petrole-pic=petrolier

Il serait synthétisé à partir du minéral dans les entrailles de la terre. Les réserves seraient quasi illimitées, et le pic pétrolier serait un mythe destiné à faire monter les cours.

Je mets un conditionnel, bie que j’en sois personnellement convaincu.

Les Russes ont découvert que le pétrole n’est pas d’origine biologique, mais abiotique.

Il serait élaboré dans les entrailles de la terre, à grande profondeur et à forte pression.

Expérimentalement, il suffit de mettre ne présence de la poudre de marbre, de l’oxyde de fer et de l’eau, sous une pression de 25.000 bars et à plus de 2000°C, pour obtenir tous les constituants du pétrole, de l’éthane au décane.

Ces matériaux et conditions sont réunis à 100 km de profondeur, et le pétrole ainsi produit remonte par les failles.

Par contre, il est strictement impossible de produire autre chose que du méthane, le plus petit des hydrocarbures, CH4, à partir de la décomposition d’animaux ou de végétaux.

De plus, le moindre puits koweitien correspondrait à la décomposition parfaite et totale d’un cube de cadavres de dinosaures de 30 kilomètres de côté (27.000 kilomètres cubes), ce qui est complètement loufoque.

Les occidentaux cherchent le pétrole au hasard dans les zones sédimentaires, et le taux de réussite est d’une exploitation rentable pour 27 forages.
Les Russes cherchent les failles, avec un taux de succès de 60%.

D’ailleurs d’anciens puits abandonnés depuis 15 ans se remplissent à nouveau, parce qu’ils sont au dessus de failles.

Ainsi, la réserve mondiale de pétrole officielle correspond à une couche de 2.5cm de pétrole sur toute la surface de la terre.

Mais en fait, elle correspondrait réellement à une couche de…10 kilomètres d’épaisseur.

Et le pic pétrolier ne serait qu’une escroquerie de plus, destinée à faire monter les cours artificiellement, ainsi qu’à semer la peur du manque pour mieux dominer, alors que nous aurions des reserves pour des milliers d’années.

Je ne sait pas si « Arbeit macht frei », mais la connaissance, peut-être ?

Cherchez vous-mêmes. Mot clé : pétrole abiotique

Pour ceux que ça effraierait de voir cette quantité astronomique de pétrole se transformer en gaz à effet de serre, sachez que ce pauvre CO2 n’est pour rien dans nos malheurs, qu’il est un facteur de vie (végétale) sur terre, et que l’élévation de son taux atmosphérique suit et non précède le réchauffement climatique, étant conséquence et non cause.

Ceci étant une des escroqueries du GIEC, connue par un nombre incroyable et grandissant de scientifiques de haut-niveau.

La totalité de l’énergie que nous consommons annuellement nous est offerte en une seule heure par ce bon vieux soleil, à qui il faut permettre quelques caprices cycliques, tels qu’on les a observés de tout temps. Lui seul est responsable du réchauffement passager actuel, que nous avons déjà connu en l’an 1000, période fastueuse pour la civilisation.

Craignez plutôt un petit âge glaciaire comme au moyen âge, époque de misère et de famine.

C’est beaucoup d’orgueil anthropocentriste de considérer que cette dix-millième partie de l’énergie offerte que nous consommons puisse avoir la moindre incidence sur quoi que ce soit sur cette planète, en dehors des polluants émis, dont le CO2 ne fait pas partie.

Et ne nous laissons plus manipuler par le mensonge et la terreur.

Bien sûr, cette théorie capitale sur le pétrole est contestée, notamment et sans surprise par Wikipédia. mais elle mérite d’être étudiée de très prêt, je vous l’assure.

Partager cet article :