Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 20 Mar, 2010 dans Psychopathie

Ces gens qui n’éprouvent ni sentiments ni émotions (ou presque) et que nous subissons sans savoir pourquoi

(Source : Agoravox)

Les aveugles et les sourds qui chercheraient à cacher leur cécité ou surdité ne pourraient pas duper leur entourage bien longtemps. En revanche, les personnes n’éprouvant ni sentiments ni émotions (appelées pervers narcissiques, manipulateurs ou encore psychopathes) peuvent cacher leur déficience très facilement. N’importe qui, devant son miroir par exemple, peut s’amuser à mimer la peur, la joie, l’inquiétude, la tristesse, l’amour, la haine… sans ressentir ces états au moment de les mimer.

Depuis quelques décennies, la psychologie, la médecine et la biologie étudient ces cas psychopathologiques qui représenteraient 1 à 5 % de la population. Malheureusement, ces études restent encore peu connues de l’opinion publique.

Pour un non initié, un psychopathe est un être dont le comportement déviant est si évident qu’il n’échappe à personne. Il n’en est rien. D’après Robert HARE, grand spécialiste en psychopathie, seulement 10 % d’entre eux sont en prison (il les appelle les “psychopathes ratés”), les autres sont autour de nous et souvent à des postes de responsabilité.

Leur insensibilité sentimentale et émotionnelle (démontrée par l’imagerie médicale IRM) les rend incapables d’empathie, c’est pourquoi ils n’éprouvent aucun remords ni sentiment de culpabilité. Ils sont indifférents au mal qu’ils font et se croient dès lors tout permis.

Lorsqu’ils prennent conscience de leur différence, ils cherchent à contrecarrer leur infériorité naturelle en dominant ceux qui, contrairement à eux, éprouvent des sentiments et émotions. Cette volonté de domination les conduit à développer (de façon plus instinctive que raisonnée) des techniques de manipulation qu’ils perfectionnent au fil de leurs expériences. Ils deviennent si doués en la matière qu’ils en paraissent diaboliques (alors que nous avons affaire à de grands enfants envieux de n’avoir pas les mêmes jouets que leurs copains).

Pour asservir leur entourage proche, ils usent de l’intrigue et du harcèlement moral. Les plus ambitieux s’investissent dans la politique, les finances, dirigent des entreprises et s’entourent de gens choisis pour leur manque d’esprit critique, leur carriérisme… c’est-à-dire des gens qui se rendront aisément complices (faites le rapprochement avec l’expérience de MILGRAM).

Pour des raisons stratégiques évidentes, ils cachent leur vraie personnalité derrière un masque de normalité (The mask of sanity, de H. CLECKLEY). Pourtant, un minimum de bon sens et de connaissances en la matière suffiraient à les reconnaître. Je vous propose quelques pistes :

– Ils ne font pas preuve d’humilité, sauf par stratégie.

– Leurs actes ne sont pas en adéquation avec leurs paroles. Ils promettent toujours la lune mais on ne voit jamais rien arriver exceptées quelques velléités destinées à nous leurrer.

– Ils nous demandent de faire le maximum alors qu’eux ne font rien ou presque (le presque étant là encore destiné à nous induire en erreur).

– Ils mentent avec un aplomb déconcertant même lorsque leur mensonge est flagrant. Ex : “Nous avons signé des accords avec les banques, désormais il n’y a plus de paradis fiscaux !”

– Ils se contredisent tout le temps.

– Ils surjouent les émotions (comme vous faites devant la glace quand vous jouez au petit jeu dont j’ai parlé au premier paragraphe).

– Bien qu’excellents stratèges, ils sont très souvent d’intelligence médiocre (c’est là l’un de leurs points faibles et donc, l’un de nos points forts). Ils peuvent dire des phrases qui ne veulent rien dire parce qu’ils ne s’en rendent pas compte.

– Etant peu curieux, leur érudition est faible. Ils font fi des connaissances scientifiques. Ex : “Il faut rendre constructif les zones inondables !” ou “L’environnement, ça commence à bien faire !”

Leur puissance et leur dangerosité sont proportionnelles à notre ignorance sur leur cas psychologique. Aussi, je vous invite à vous documenter en tapant “pervers narcissique” et “ponérologie” sur votre moteur de recherche, et vous propose cette liste non exhaustive de livres traitant du sujet :

– Echapper aux manipulateurs, de Christel PETITCOLLIN,

– Les manipulateurs sont parmi nous, d’Isabelle NAZARE-AGA,

– La ponérologie politique, d’Andrew M. LOBACZEWSKI,

– Snakes in suits, de Paul BABIAK et de Robert HARE,

– The mask of sanity, de Hervey CLECKLEY.

Je vous renvoie aussi à cet article de Denis ARCAND “Dans le cerveau des méchants” qui constitue une bonne introduction. :lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/200901/06/01-684925-dans-le-cerveau-des-mechants.php

Au sujet de la corruption des cols blancs, je vous conseille les livres d’Eva JOLY que l’on trouve à des prix abordables dans la collection du Livre de poche.

 

Partager cet article :