Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 9 Oct, 2011 dans Musique

Le verbe faire, est un verbe qui se perd : langage-toi!

(Source : Loco Locass)

Le verbe faire, est un verbe qui se perd

L’inaction est une aire de repos

Où plus d’un se perd

Oublie père et mère et monde et tout propos

À propos de propos, j’essaie d’être pro-propos

Mais c’est dur d’hurler sur les mots

D’une société rongée par le pire des maux

Ce fléau qu’est la perte de mots je hausse le toposémantique

Dans un but typiquement didactique

Ma dactylo buccale fait Tic! Tac!

C’est une tactique phonétique pour faire contact

Titiller tes synapses, Snap!

Mets tes verres de contact

Mon frère, langage-toi et constate

Que le verbe faire est un verbe qui se perd

Langage-toi

Le décompte goûte amer

Quand au compte-goutte

Tu tombes et devient goutte

D’eau dans l’amère Amérique

La clepsydre sonne moins cinq

C’est l’heure de se mettre à la .5

Coincé entre deux cultures

Au fur et à mesure à l’usure

Sois-en sûr, c’est la plus FAT ASS des deux qui perdure

La cure c’est de ne pas s’enmurmurer vivant

Tant et tant de gens se terrent et se taisent de mon vivant

Tant et tant d’argent te v’là coi -quoi?- à terre, à l’aise et content

Sûr d’être vivant, survivant… sursis

Je te susurre ceci :

Contemple le montant de ton bâillon

C’est comme signer son bail-bye pour l’autoextermination

Crois-en ma parole, la parole est un geste, mieux une action

Si tu parles, n’aie crainte: l’on t’entend longtemps… temps… temps

L’écho des mots lointains ne s’éteint pas

Si au relais, tu es là

J’entends du fin fond des temps

Les rebonds de mon nom taper mes tympans

Ça sonne comme l’homme qui nomme, se nomme lui-même autonome, autochtone de sa propre personne

Il se somme de donner des mots la somme de sa propre donne-toi comme lui-sir

De mettre au repos l’oisiveté

Ce rouage de la fuite du langage-toi contre le tangage d’une langue qui ne s’arrime à rien

Et mène à un genre d’espèce de Moyen-Âge…

Tsé qu’ess j’veux dire… Euh…

Le politically correctness, ça m’agresse

Ça fait de tout de rien un Loch Ness… pas là que le bât blesse?

À trop vouloir louvoyer, voyez-vous, le verbe est vérolé

Pour répondre au besoin de l’éthique ethnique

Pour pallier la panique de la fuite du fric

-Hystérique crise de nerf de l’Amérique-

Le politique de 2 de pique de poétique

Incivique suicide Inique… ta mère, ton père

Par en avant, par arrière

En vers libres, mon frère, je me fraye un chemin dans la terre de ta tête

Et prêche cette prière: langage-toi

Et fais du verbe faire, un verbe qui s’OPÈRE

LANGAGE-TOI!

Partager cet article :