Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Pages Menu
Menu

Publié le 22 Oct, 2013 dans Livre

Michel-Alain Combes – La Terre bombardée

la terre bombardéeLa Terre bombardée, un livre d’astronome

S’il fallait résumer ce gros livre en une seule phrase, on pourrait écrire qu’il est une étude historique et scientifique de l’impactisme et du catastrophisme faite par un astronome.

C’est dire l’éclectisme ouvertement affiché de ce livre qui, s’il n’ambitionne pas de devenir la « Bible du catastrophisme scientifique  » des prochaines années, se veut néanmoins un jalon historique, un bilan de fin de millénaire. Un jalon seulement, car la science évolue vite (trop vite aux yeux de certains), malgré de puissantes forces contraires, comme le lobby du créationnisme qui lutte désespérément pour sauver la crédibilité d’un dogme usé par le temps : celui de la Création, et qui doit trouver maintenant des appuis politiques pour le faire perdurer encore, les appuis scientifiques, quoique nombreux et parfois prestigieux, s’avérant notoirement insuffisants.

Comme l’ont écrit naguère François Arago (1786-1853) et Camille Flammarion (1842-1925) :  » Croire tout découvert est une erreur profonde, c’est prendre l’horizon pour les bornes du monde « . Ces deux chantres de l’astronomie populaire avaient bien compris que les connaissances de leur époque allaient être, sinon balayées, tout au moins totalement renouvelées en quelques décennies. On peut dire la même chose aujourd’hui, et la réalité de demain pourrait bien dépasser la fiction la plus échevelée dans certains domaines étudiés dans ce livre.

Bien qu’il se veuille résolument multidisciplinaire, il n’en demeure pas moins que La Terre bombardée est un livre d’astronome. Il ne peut pas en être autrement. C’est la raison principale pour laquelle il est sensiblement différent de ceux qui ont été (ou qui auraient pu être) écrits par un paléontologue, un géologue, un physicien, un astrophysicien, un biologiste, un historien des sciences ou un autre scientifique. L’impactisme et le catastrophisme (scientifique) sont des sujets d’étude multiformes et complexes, ce qui fait à la fois leur intérêt et leur difficulté. Personne ne peut en effet prétendre connaître les diverses spécialités concernées (une grosse dizaine) avec une profondeur suffisante et les approches sont forcément parcellaires, sélectives, chaque scientifique privilégiant obligatoirement sa spécialité au détriment des autres qu’il connaît moins bien.

Il n’empêche que l’impactisme est avant tout un problème astronomique, car nous vivons dans un Univers, et donc dans un Système solaire et localement sur une Terre, où le cataclysme est la règle permanente, comme nous le montrerons tout au long de ce livre. Le catastrophisme terrestre n’est que l’expression locale, infinitésimale dans l’espace et dans le temps, d’un phénomène global qui défie l’imagination la plus débridée. Le cataclysme est la règle, PARTOUT, TOUJOURS. Cette vérité essentielle doit être martelée sans relâche et enseignée dès maintenant aux jeunes générations. Elle sera l’un des nouveaux dogmes scientifiques du XXIe siècle, et pas seulement un dogme astronomique, à usage restreint, pour les seuls connaisseurs des choses du ciel.

 

Définitions de l’impactisme et du catastrophisme

Si l’on ouvre trois dictionnaires usuels comme le Robert, le Larousse ou le Hachette, on a déjà une mauvaise surprise. Les trois ignorent totalement le concept d’impactisme. Le Robert ne connaît pas non plus le catastrophisme qui, par contre, figure dans le Larousse avec la définition suivante :

Théorie qui attribuait à des cataclysmes les changements survenus à la surface de la Terre.

Le Hachette est un peu plus explicite avec la définition suivante :

Ancienne théorie selon laquelle les changements de faune et de flore se seraient faits brusquement à la faveur de catastrophes géologiques de très grande ampleur.La théorie de l’évolutionnisme de Darwin s’opposait au catastrophisme.

Il y a fort à faire, on le voit, avant de faire reconnaître ces deux concepts au rang de théories scientifiques actuelles (ce qu’elles sont déjà, n’en déplaise à certains). D’une façon plus moderne et plus scientifique, on peut donner les définitions suivantes :

Catastrophisme : théorie scientifique qui étudie les causes et les conséquences astronomiques, géologiques, écologiques, biologiques, humaines et historiques de cataclysmes de grande ampleur qui ont eu lieu et qui pourraient encore avoir lieu sur la Terre.

Impactisme : théorie scientifique qui étudie l’ensemble des phénomènes liés à l’impact sur les planètes des astéroïdes et des comètes, mais aussi plus largement de tous les autres corps et particules venus du cosmos, ainsi que tous leurs effets annexes. L’impactisme terrestre n’est qu’un cas particulier, celui qui concerne notre planète.

En fait, ces définitions ne sont que des approximations acceptables. Si l’on entre plus dans le détail, on reconnaît deux sortes de catastrophisme et trois sortes d’impactisme.

On distingue, en toute logique, le catastrophisme d’origine cosmique, dû comme son nom l’indique à des cataclysmes dont l’origine est extérieure à la Terre, et le catastrophisme d’origine terrestre dû à des cataclysmes générés par notre planète elle-même pour des raisons diverses. Ce catastrophisme peut être cependant considéré comme astronomique dans la mesure où la Terre est une planète parmi d’autres, à la fois un « système » et une planète vivante que nous privilégions simplement parce qu’elle est « notre » planète et que l’on sait qu’elle abrite la vie.

L’impactisme se divise en trois composantes différentes selon les objets concernés et les effets résultant de l’impact :

– l’impactisme macroscopique qui concerne les astéroïdes et les comètes et qui peut avoir des conséquences catastrophistes ;

– l’impactisme microscopique qui concerne les météorites et les météores et qui n’a pas de conséquences catastrophistes ;

– l’impactisme invisible qui concerne les rayonnements divers générés par les étoiles, dont le Soleil, et appelé impactisme particulaire, et aussi les gaz et les poussières d’origine cosmique qui rencontrent la Terre au cours de son périple dans le Système solaire et dans la Galaxie.

Enfin, il faut bien préciser qu’il peut y avoir impactisme sans qu’il y ait catastrophisme, et inversement qu’il peut y avoir catastrophisme (d’origine terrestre et maintenant d’origine humaine) sans qu’il y ait impactisme. Dans ce livre, nous parlons surtout du catastrophisme comme corollaire de l’impactisme macroscopique.

Commentaire :
Le livre La Terre bombardée est disponible dans son intégralité ici.