Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Pages Menu
Menu

Publié le 16 Mar, 2013 dans Extrait

Les contactés : nouveaux (faux) prophètes – par Pierre Delval

Tiré d’un livre de Pierre Delval et Paul Vion, le texte qui suit, écrit par le premier de ces auteurs, nous rapproche de la conclusion de sa partie d’ouvrage sur L’Envers du décor des OVNI.

Si Adamski fut porté en dérision en son temps, cela ne signi­fie pas qu’il n’était pas sincère avec lui-même, victime du phénomène qui s’est présenté à lui et dont il n’était sans doute qu’un instrument. Aujourd’hui, les centaines de cas similaires qui se sont fait jour à la suite du sien, prouvent que les “contactés” ne constituent qu’une composante supplémentaire – et non nouvelle – au phénomène OVNI. Qui sont donc ces “contactés” ? Sont-ils vraiment des inter­médiaires ou le jouet d’une force invisible qui se joue d’eux comme de pantins ? C’est tout à fait ce que l’on pourrait penser si l’on examine attentivement le problème. Une autre question se pose au sujet des “expériences” à l’“inté­rieur des OVNI” qu’ils prétendent avoir eues : par qui et quoi sont-ils contactés ? Il apparaît évident que si l’on pou­vait un jour répondre à cette question capitale, le fascinant problème des OVNI serait en passe d’être résolu. On a noté qu’à la suite d’une rencontre rapprochée, un certain nombre de témoins voyaient leur personnalité se transformer. Paral­lèlement, les contactés s’affirment être “missionnés”, porteurs d’un message de salut pour l’humanité. A partir de là, le phénomène, prenant un caractère messianique, rebute le plus grand nombre d’intéressés au problème OVNI car on peut comprendre le scepticisme qui découle d’une telle assertion. L’étude du phénomène se complique d’autant qu’elle ne repose sur aucune base consistante et respectable dans le sens spécifique du terme. Mais, comme le problème OVNI, dans sa globalité, semble échapper à l’investigation scientifique, il nous faut nécessairement pratiquer d’autres “ouvertures” pour notre compréhension, notamment en procédant par synthèse de corrélations d’événements et en étayant des hypothèses les plus hardies. La vérité peut rési­der dans la simplicité et la logique des faits observés, en adaptant notre pensée sur l’attitude du phénomène, ce qui n’est certes pas sans comporter certains risques, en outre, celui de tomber dans l’attraction psychologique créée par la mani­festation de l’événement et, à partir de là, de s’impliquer dans l’erreur, dans la manipulation des faits.

Revenons à nos “contactés”. Ils se présentent comme des personnes soumises à une intelligence supra humaine (ou non humaine) qui les domine – laissant précaire leur libre-arbitre – en répondant à des impulsions télépathiques leur enjoignant d’agir dans un sens déterminé sans en connaî­tre le juste aboutissement. Si on observe le comportement de ces personnes dans leur vie quotidienne, on constate généralement qu’elles sont obsédées, impulsives ou créatives dans leur comportement. N’ayons pas peur de le dire, en règle généra­le, les contactés agissent comme s’ils étaient les intermé­diaires ou les collaborateurs de maîtres invisibles qui les soumettent à l’épreuve tout en les encourageant dans un projet ou une mission particulière. Certains reçoivent des impressions ou des messages relatifs à des théories pseudo-­scientifiques ou des inventions, d’autres, des impressions relatives à des événements futurs, ou encore constituent un groupe ou une secte basée sur une philosophie émanant d’une “conscience cosmique”, mais il semblerait aussi que chaque contacté possède sa mission propre de laquelle il ne peut dé­vier une fois parvenu à un certain stade correspondant à une initiation à défaut de quoi le “contact” établi semble tota­lement rompu. Il en est de même si le contacté recherche un intérêt personnel dans cette voie qu’il lui est demandé de suivre. Il se voit généralement développer des capacités para­normales, notamment de “clairvoyance” ; il devient un sensitif capable de ressentir des impressions dans son entou­rage par la naissance d’une “super conscience” (?) et de connaître des événements futurs par la perception d’impul­sion qu’il pense lui être administrée par des “moyens cos­miques”. Cette sorte d’initiation cosmique ressemble étrangement à celle de la Fraternité Blanche issue du Tibet – et très répandue en Amérique du Sud – ou des Rose-Croix. Il est en effet dit dans le manuel Rosa cruz, à propos de l’initiation cosmique, qu’ « elle devient ce qu’on appelle généralement l’illumination cosmique ou conscience cosmi­que (…) ». L’étudiant qui atteint la filiation dans la Grande Fraternité Blanche s’en aperçoit en devenant conscient d’être dans une série d’événements représentant une véritable ini­tiation – tout comme le contacté dans une expérience OVNI. Cette conscience s’accompagne d’un influx de per­ception divine et d’un éveil spirituel, etc. A noter, pour le profane, que cette fraternité n’est pas censée exister sous la forme d’une organisation structurée proprement dite, telle que l’on serait susceptible de le concevoir habituellement, c’est-à-dire constituée de membres qui se réunissent physiquement. Comme l’avait bien également montré Guénon, l’écrivain traditionaliste, dans son ouvrage Orient-Occident, une fraternité initiatique peut exister tout autrement que comme le conçoivent les profanes, c’est-à-dire, non seulement autre­ment qu’à l’état de société constituée, mais encore d’une façon telle que ceux qui la “constituent” pourtant oeuvrent séparément dans une si grande unité de pensée qu’il ne leur est même pas nécessaire de se rencontrer.

Ceci laisse entendre qu’il existerait un ordre, une certaine hiérarchie universelle dès lors que l’“étudiant” initié ait reçu d’un “Maître” les capacités d’une évolution psychique et spirituelle. Voilà qui me fait aussi penser à la réflexion d’un général d’armée en retraite, au Brésil, affirmant être contacté, et qui disait que ses “contacts” lui signifièrent un jour : « Plusieurs de vos maîtres sont aussi nos maîtres ». Nous entrons ici en pleine théosophie, où il est également question de « maîtres ascensionnés ». Ce seraient des êtres parvenus à une évolution spirituelle telle qu’ils sont capables de produire de véritables prodiges, entre autres et non des moindres, de quitter leur corps physique et, pendant que celui-ci se repose, agir ailleurs, en « corps éthérique matérialisé ». Il importerait ici d’entamer un livre entier pour aborder ces questions, ne serait-ce que sommairement, par le biais de la parapsycholo­gie et des “apparitions religieuses”, mais ce serait sortir du cadre de cette démarche. Ce que ces maîtres seraient capa­bles de réaliser, comme (on le dit) certains yogis des Indes, ne s’apparente-t-il pas à certains types d’apparitions d’entités observées auprès d’un OVNI ? Des phénomènes de matéria­lisations et de dématérialisations d’objets et d’êtres aperçus par les témoins? On fait également allusion à des « maîtres spirituels de l’humanité ». Qui sont (s’ils existent vraiment) en réalité ces maîtres ? Si nous pouvions répondre à ces questions, nous pourrions également répondre à celles qui touchent le problème OVNI. Car, que penser aussi des “contactés” qui prétendent à une “fraternité cosmique uni­verselle” ?

Extrait du Monde occulte du surréel paraphysique – L’Envers du décor des OVNI – La Grande Imposture
© Ouranos, 1982 / © Michel Moutet, 2013