Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 1 Juin, 2011 dans Trous terrestres

Un trou géant au Guatemala après la tempête Agatha

(Source : Le Figaro)

La cavité mesure trente mètres de profondeur. Photo : Reuters

Une maison de trois étages a été engloutie par la formation de cette cavité gigantesque dans le centre-ville de la capitale du Guatemala.

La tempête Agatha, qui a frappé samedi les côtes du Guatemala et les pays voisins, a marqué de manière violente l’ouverture de la saison des cyclones dans la zone Pacifique. Les dégâts les plus importants ont été constatés à Guatemala city, où la séquelle la plus spectaculaire de cette tempête est un cratère profond de trente mètres.Sous la force des glissements de terrain, un immeuble de trois étages et un carrefour ont été engloutis pour laisser place à ce trou béant, appelé «doline». Selon les premières hypothèses des experts, le terrain s’est affaissé probablement au niveau d’«une intersection de tuyaux» de distribution d’eau desservant la capitale. Pour le président de l’association des habitants du quartier, le trou a été provoqué par les vibrations incessantes dues à la circulation de camions-poubelles dont le dépôt central se situe à proximité.

Commentaire :
Les causes évoquées par la presse officielle pour rassurer le public sont pour le moins infantilisantes pour ne pas dire du n’importe quoi. Il n’y a qu’à voir à quel point ce trou (comme bien d’autres issus de cet étrange phénomène) est « coupé au couteau » et à quel point sa circularité est quasi-impeccable pour se poser de sérieuses questions quant à la réelle nature de cette supposée « doline ». 

Aucun décès n’est à déplorer. Les 300 personnes vivant dans le quartier ont été invitées à quitter les lieux.

Ce n’est pas la première fois que les habitants de Guatemala city assistent à cet étrange spectacle géologique. En 2007 déjà, un trou béant de 100 mètres de profondeur avait été causé par une rupture d’égouts alors que des pluies diluviennes s’abattaient sur la ville. L’ouverture du sol avait fait trois victimes et causé l’évacuation d’un millier de sinistrés.

Commentaire :
Comme en 2007 le phénomène avait été justifié par une « rupture dégouts » et que le public l’a bien digéré, pourquoi ne pas utiliser, encore une fois, le même stratagème? « Intersection de tuyau » couplé aux passages de camions-poubelles. C’est économique, avouons-le.

Le dernier bilan provisoire de la tempête tropicale fait état de 300 morts et disparus dans les trois Etats touchés : Salvador, Honduras et Guatemala. Dans ce dernier pays, 110 000 personnes ont déjà été évacuées, neuf rivières sont en crue et treize ponts se sont effondrés.

Les populations locales affectées par la catastrophe redoutent déjà les ravages sur les cultures de café, qui représentent une part importante de l’économie du Guatemala et du Salvador. Le sort semble d’ailleurs s’acharner : les autorités guatémaltèques ont prévenu que les rejets de du volcan Pacaya, entré en éruption samedi, pouvaient bloquer les systèmes d’évacuation d’eau.

Commentaire :
…et faire des trous parfaitement circulaires tranchés avec grande précision… n’ont-ils pas ajouté.

1000 maisons ont dû être évacuées. Photo MaxiSciences.

 

Partager cet article :