Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 14 Fév, 2014 dans Météo

Washington immobilisée à son tour par une tempête de neige

(Source : La Presse – Merci à Clara)

À Washington, la circulation était rendue extrêmement difficile par les quantités de neige tombées au cours de la nuit - une trentaine de centimètres. PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

À Washington, la circulation était rendue extrêmement difficile par les quantités de neige tombées au cours de la nuit – une trentaine de centimètres.
PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

Écoles et administrations fermées, bus suspendus, circulation quasi impossible par endroits : Washington s’est réveillée jeudi sous un épais manteau de neige, conséquence d’une tempête hivernale qui a frappé l’est des États-Unis et fait au moins une dizaine de morts.

Ce nouvel épisode d’un hiver particulièrement rude pour l’Est américain avait dans un premier temps touché dès mercredi la Géorgie, la Caroline du Sud et la Caroline du Nord, avant de remonter vers le nord du pays. Selon les médias américains, près de 800 000 foyers et entreprises étaient toujours privés d’électricité jeudi, principalement dans ces États du sud-est.

Selon le site spécialisé flightaware.com, plus de 4500 vols ont été annulés jeudi matin en direction ou au départ des États-Unis – au moins 3700 l’avaient été mercredi.

Amtrak, qui gère la circulation des trains, a également suspendu la circulation sur certaines voies.

À Washington, la circulation était rendue extrêmement difficile par les quantités de neige tombées au cours de la nuit – une trentaine de centimètres.

Les artères desservant le centre-ville étaient jeudi matin quasi vides, et les rares passants se rendant à leur travail devaient encore affronter des chutes de neige importantes et circuler sur la chaussée pour éviter d’avancer péniblement sur des trottoirs recouverts de poudreuse.

Écoles, administrations, boutiques étaient pour la plupart fermées. Les bus ne circulaient pas.

Le National Weather Service (NWS) avait mis en garde depuis plusieurs jours contre un «dôme gigantesque» de courants d’air froid venus de l’Arctique devant s’installer sur la partie est des États-Unis, créant une «tempête glaciale» susceptible de «paralyser» de nombreux États, depuis la Géorgie et la Caroline du Sud jusqu’aux régions les plus au nord. «Les accumulations de glace seront incroyables, si ce n’est historiques», avait souligné le NWS.

«Si vous devez prendre la route, prévoyez une lampe de poche en plus, ainsi que de l’eau et de la nourriture dans votre véhicule», avait-il encore prévenu.

.

Milliers de conducteurs bloqués

Jeudi, le NWS soulignait que la tempête allait poursuivre sa remontée vers le nord-est des États-Unis au cours de la journée et le lendemain.

Selon un décompte établi par CNN, la tempête a fait au moins 10 morts, la plupart dans des accidents de la route.

Le président Barack Obama avait déclaré mercredi l’état d’urgence dans 45 comtés de Géorgie et en Caroline du Sud, une décision qui permet aux services fédéraux chargés des situations d’urgence d’y opérer.

En Caroline du Nord, où la météo est habituellement plus clémente, les chutes de neige ont notamment entraîné des difficultés importantes sur les routes, où des milliers de conducteurs sont restés bloqués. Le gouverneur de l’État Pat McCrory avait pourtant mis en garde ses administrés, les enjoignant à ne pas sortir – quitte à dormir sur leur lieu de travail : «Si vous êtes dans un endroit sûr et chaud, restez-y», avait-il lancé sur CNN.

Il y a deux semaines, la Géorgie avait déjà subi une forte tempête, dont la gestion par les autorités avait été fortement critiquée, des centaines d’écoliers ayant été contraints de dormir dans leur école en raison des routes bloquées.

M. Obama a également assuré que la Fema, chargée des situations d’urgence, avait mis en place un centre de coordination nationale à Washington, ainsi qu’un centre régional équivalent à Atlanta. Des générateurs, repas, eau et couvertures seront disponibles à Augusta, en Géorgie.

L’hiver est rude cette année aux États-Unis, et a parfois des conséquences inattendues : la société ADP a assuré la semaine dernière que les mauvaises conditions climatiques avaient nui à la croissance de l’emploi. Les prix du pétrole ont au contraire été portés à la hausse, chauffage oblige.

Partager cet article :