Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 16 Déc, 2011 dans Météo

Séisme de magnitude 6,3 au Nord de la Nouvelle-Zélande

(Source : Tahiti Infos)

WELLINGTON, vendredi 16 décembre 2011 (Flash d’Océanie) – Un séisme de magnitude 6,3 sur l’échelle ouverte de Richter s’est produit jeudi soir au Nord de la Nouvelle-Zélande, à 2h10 locales (GMT+13), rapporte l’institut géophysique américain USGS, basé à Denver (Colorado).

L’épicentre de cette secousse sous-marine a été localisé à une profondeur de 34 kilomètres en-dessous du niveau de la mer, au-dessus de la fosse tectonique de Kermadec, soit à environ 730 kilomètres au Nord-est d’Auckland.

Aucun dégât ni blessé n’a été immédiatement signalé pour cet événement sismique, qui n’a pas suscité d’alerte au tsunami ni de la part des autorités locales, ni du centre régional d’alerte aux tsunamis (Pacific Tsunami Warning Centre, PTWC, basé à Pearl Harbour, Hawaii).

Par ailleurs, plus au Nord, le séisme de magnitude 7,1 sui a frappé mercredi 14 décembre 2011 à 15h04 (locales, GMT+10) sur l’île principale de Papouasie-Nouvelle-Guinée, non loin de la ville de Lae, sans qu’il ait fait des victimes, aurait néanmoins provoqué de fortes perturbations de l’alimentation électrique pour toute la région, en raison d’une panne à la centrale hydroélectrique et aux installations associées, qui fournit en courant une bonne partie de cette zone, depuis Ramu (où se trouve aussi un projet d’exploitation de nickel piloté par une société chinoise).

À Lae, des scènes de début de panique ont aussi été rapportées.

La station a dû être fermée en attendant les réparations nécessaires, qui sont en cours.

L’épicentre de cette secousse sismique a été localisé à environ 90 kilomètres au Sud-sud-ouest de Lae, la seconde ville de et État mélanésien (côte Nord de l’île principale), à une profondeur de 115 kilomètres en-dessous du niveau de la mer, selon les mêmes sources.

Localisation et visualisation de cet événement sismique via GoogleMaps à l’adresse suivante :

http://maps.google.com/maps?q=-7.507+146.7909(M7.3+-+EASTERN+NEW+GUINEA+REG%2C+PAPUA+NEW+GUINEA+-+2011+December+14++05%3A04%3A56+UTC)&ll=-7.507,146.7909&spn=2,2&f=d&t=h&hl=e.3+-+EASTERN+NEW+GUINEA+REG%2C+PAPUA+NEW+GUINEA+-+2011+December+14++05%3A04%3A56+UTC)&ll=-7.507,146.7909&spn=2,2&f=d&t=h&hl=e

Aucun dégât ni blessé n’a été immédiatement signalé.

Aucune alerte au tsunami n’est venue du centre d’alerte pour le Pacifique (Pacific Tsunami Warning Centre, PTWC, basé à Pearl Harbour, Hawaii).

Séismes récents en Papouasie et en Australie

Depuis début décembre 2011, l’activité sismique dans la grande région est soutenue, avec secousses fortes enregistrées à la fois à l’Ouest de l’Australie (magnitude 5,1) et à l’Ouest de l’île de Nouvelle-Guinée (5,7).

En Australie occidentale, le séisme de magnitude 5,1 survenu mardi 6 décembre 2011 à 4h10 locales (GMT+9) a été fortement ressenti par les populations locales de cette région, située à environ 430 kilomètres à l’Ouest-sud-ouest de la ville de Port Hedland.

L’épicentre a été localisé à une profondeur faible (une dizaine de kilomètres en-dessous du niveau de la mer), rapporte l’institut géophysique américain USGS, basé à Denver (Colorado).

http://maps.google.com/maps?q=-21.6597+114.6496(M5.1+-+WESTERN+AUSTRALIA+-+2011+December+05++19%3A10%3A03+UTC)&ll=-21.6597,114.6496&spn=2,2&f=d&t=h&hl=e

Aucun dégât significatif ni blessé n’a été immédiatement signalé, mais les services d’urgence ont reçu de nombreux appels de la part de résidents réveillés en pleine nuit par cette secousse, rapport mardi la radio nationale publique ABC.

Dix huit minutes après cette secousse australienne, dans la partie occidentale de l’île de Nouvelle-Guinée, dans la province indonésienne d’Irian Jaya, un autre séisme est survenu mardi, à 4h28 locales (GMT+9).

L’épicentre de cette secousse tellurique de magnitude 5,7 a été localisé là aussi à une profondeur d’une dizaine de kilomètres en-dessous du niveau de la mer, à 125 kilomètres u Nord-nord-ouest de la petite localité de Dobo (pointe Ouest de l’île de Nouvelle-Guinée), selon les mêmes sources.

http://maps.google.com/maps?q=-4.7775+133.6649(M5.7+-+NEAR+THE+SOUTH+COAST+OF+PAPUA%2C+INDONESIA+-+2011+December+05++19%3A28%3A35+UTC)&ll=-4.7775,133.6649&spn=2,2&f=d&t=h&hl=e.7+-+NEAR+THE+SOUTH+COAST+OF+PAPUA%2C+INDONESIA+-+2011+December+05++19%3A28%3A35+UTC)&ll=-4.7775,133.6649&spn=2,2&f=d&t=h&hl=e

Aucun dégât ni blessé n’a été immédiatement signalé.

Au cours des jours précédents, c’est en Nouvelle-Zélande que plusieurs séismes, dont le puissant a été mesuré à une magnitude de 5,7 sur l’échelle ouverte de Richter, se sont produits le week-end dernier.

La plus puissante de cette série de secousse a été localisée samedi 3 décembre 2011 à une quarantaine de kilomètres à l’Ouest de la capitale Wellington, occasionnant quelques dégâts matériels (bris de glaces), ainsi qu’un début de panique et une avalanche d’appels téléphoniques aux centres d’urgence, rapporte la radio nationale.

Les autres séismes, beaucoup moins puissants, étaient de magnitudes comprises entre trois et cinq sur l’échelle de Richter.

Dans la nuit de dimanche 4 à lundi 5 décembre 2011, à 2h45 (locales, GMT+13) une autre secousse s’est produite au Nord de la Nouvelle-Zélande, dans la zone de fracture des Kermadec, à une profondeur de cent kilomètres end-dessous du niveau de la mer, rapporte l’institut géophysique américain USGS, basé à Denver (Colorado).

Aucun dégât ni blessé n’a été immédiatement signalé.

Partager cet article :