Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 9 Fév, 2012 dans Météo

Le froid continue de sévir : des morts en Algérie et en Afghanistan

(Source : Ouvre les yeux + Ouvre les yeux)

Le froid et la neige font au moins 80 morts en Algérie

De nombreux villages isolés par le neige en Kabylie. (DR)

De nombreux villages isolés par le neige en Kabylie. (DR)

Aucune région d’Algérie n’est épargnée par la vague de froid qui frappe également les autres pays du Maghreb et le continent européen. Les populations nomades des zones frontalières ont fui leurs campements pour se rapprocher des agglomérations.

Quatre-vingts personnes sont mortes suite aux intempéries qui ont quasiment paralysé tout le pays. Les services de protection civile ont enregistré 45 accidents de la circulation, 5 morts et 30 blessés en moyenne par jour. Le monoxyde de carbone provoque aussi des dégâts causant la mort de 23 personnes, une trentaine d’autre a été sauvé de justesse.

Les sans domicile fixe, dont de nombreuses femmes avec enfants, vivent un cauchemar, malgré la mobilisation des services de secours et l’ouverture de tous les centres d’accueil du Croissant rouge.

Près de 1500 villages restent isolés dans les montagnes de Kabylie, dont les habitants manquent de l’essentiel pour affronter le froid. Les unités de la protection civile (plus de 40 000 hommes) ont été épaulées par les troupes de l’Armée nationale populaire (ANP), les unités républicaines de sécurité (plus de 60 000 hommes) et les groupements d’intervention et de réserve (GIR) de la Gendarmerie nationale (plus de 80 000 hommes).

Selon la presse locale, 15 000 nomades ont déserté leur campement dans les départements du sud et dans les zones frontalières avec le Maroc où la température est descendue par endroit jusqu’à – 12 C°. Les mêmes conditions ont été constatées à la frontière Algéro-tunisienne, où les populations isolées surprises par le froid se sont réfugiées à la proximité des agglomérations.

Les unités de génie civil de l’armée sont mises à contribution pour le rétablissement du réseau routier devenu impraticable. Les derniers bilans de la protection civile indiquent 273 routes coupées à la circulation, 800 communes isolées, dont 60 en Kabylie, et 30 départements déclarés sinistrés.

Médiaterranée 


Voir autre vidéo

 

Des tempêtes de neige et un froid exceptionnellement tuent 22 enfants à Kaboul.

Ces enfants sont morts au cours du mois passé, les deux dernières victimes sont décédées jeudi.  Les représentants gouvernementaux ont cherché à supprimer ou minimiser les décès et ont incité certains d’introspection chez les travailleurs de l’aide ici.  Après 10 ans d’une présence internationale importante, comprenant environ 2.000 groupes d’aide, au moins 3,5 milliards de dollars de l’aide humanitaire et les 58 milliards d’aide au développement, comment les enfants peuvent mourir de quelque chose d’aussi prévisibles – et gérable – comme le froid?

« Le fait que chaque année il y a l’hiver ne devrait pas venir comme une surprise », a déclaré Federico Motka, dont le groupe allemand de l’aide, Welthungerhilfe, est l’un des rares à l’œuvre dans ces camps, où les travailleurs humanitaires appellent les colonies informelles Kaboul – depuis décrivant ce qu’ils sont réellement, des camps pour personnes déplacées ou réfugiées de guerre, est politiquement sensible. Le gouvernement afghan insiste sur le fait que les résidents devraient et pourraient retourner dans leurs foyers d’origine, les résidents disent que c’est trop dangereux pour eux de le faire.

Les décès sont survenus dans deux des plus grands camps, Charahi Qambar (huit décès liés au froid), et Nasaji Bagrami (14 décès).  Les deux camps sont peuplés en grande partie avec les réfugiés qui ont fui les combats dans des domaines comme la province de Helmand dans le sud.  Certaines personnes sont dans les camps depuis  sept ans, d’autres sont arrivés dans la dernière année. “ « Il y a 35.000 personnes dans ces camps dans le centre de Kaboul, sans chaleur ou d’électricité dans le milieu de l’hiver; c’est une crise humanitaire », a déclaré Michael Keating, le coordinateur humanitaire des Nations Unies en Afghanistan.  «Je ne pense pas que l’histoire humanitaire est suffisamment entendue ici. Vous avez beaucoup de gens qui sont vraiment dans une situation désespérée. « L’Organisation des Nations Unies et les groupes de secours principaux, samedi dernier, ont commencé ce qu’on appelle l’Appel humanitaire consolidé, demandant des groupes de donateurs et les gouvernements pour 452 millions de dollars d’aide pour l’année à venir, une diminution de 22 % par rapport à l’appel de l’an dernier qui était de 582 millions de dollars.

 

Lire l’integralité de l’article sur Convergence Celeste 

Partager cet article :