Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 19 Avr, 2006 dans Le ciel nous tombe sur la tête

Pluies extraterrestres

(Source : SciencePresse)

Cinquante tonnes de particules biologiques extraterrestres ont-elles vraiment été dispersées dans la région de Kerala, dans le sud de l’Inde, lors de pluies de couleur rouge? Plusieurs scientifiques s’interrogent sur les origines de ces incroyables précipitations et l’un d’eux soutient cette théorie étonnante, rapportait récemment le New Scientist à la Une.

C’est le 25 juillet 2001 qu’une première pluie rouge tombe et colore les vêtements de la population de Kerala. L’averse est tellement rouge en certains endroits que les gens croient qu’il s’agit de sang. Les journaux locaux publient des témoignages qui intriguent un chercheur local, Godfrey Louis, physicien à l’Université Mahatma Gandhi.

Louis recueille et analyse des échantillons des mystérieuses taches rouges. Il découvre qu’elles contiennent des particules semblables à des cellules biologiques, sauf qu’elles sont dépourvues d’ADN. Il n’en faut pas moins pour que le chercheur rejette toute probabilité d’origine terrestre.

Qui plus est, selon Louis, les particules ne peuvent provenir d’une source terrestre, car les pluies rouges ont été concentrées sur Kerala pendant 2 mois malgré les changements de vents et de températures. De plus, il ne croit pas qu’il s’agisse de pollens ou des spores emportés par les pluies, car les averses auraient été rouges dès le début. Il pense plutôt que la coloration de l’eau serait liée à la vaporisation d’une météorite abritant des microbes extraterrestres… La météorite
aurait traversé le ciel du nord au sud en pulvérisant ses microbes étrangers dans l’atmosphère.

Le fer de lance de la théorie de la panspermie, Fred Hoyle, de l’Université Cardiff au Royaume-Uni, abonde dans le sens de Louis. Selon cette théorie, la Terre aurait été «  ensemencée  », il y a environ 3,8 milliards d’années, par des comètes contenant des microbes. Mais d’autres scientifiques citent l’astronome et vulgarisateur d’exception Carl Sagan, décédé en 1996: «  les théories extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires  ».

En d’autres termes, l’explication extraterrestre serait pour le moins hâtive.

Milton Wainwright, de l’Université de Sheffield en Angleterre, croit par exemple que les cellules rouges sont issues d’une interaction avec de la rouille, des pollens ou des algues. Wainwright est l’un de ceux qui ont démontré que le vent peut transporter des microbes, à partir du sol jusqu’à de hautes altitudes, sur de longues distances. De plus, selon lui, c’est le manque d’ADN, le vrai mystère des particules analysées par Godfrey Louis. S’il n’y en a vraiment pas, ces cellules sont des choses extraordinaires, d’autant plus qu’il est paradoxal de parler de vie sans ADN.

Un autre scientifique du nom de Charles Corkell, chercheur à Open University, en Angleterre, défend l’idée que les particules analysées par Louis seraient des cellules sanguines — elles en ont les dimensions et la forme — pouvant provenir d’un essaim de chauve-souris percuté en vol par une météorite.

Il n’en reste pas moins qu’il est difficile d’expliquer comment 50 tonnes de matériaux biologiques peuvent tomber sous forme de pluie. À ce propos, Godfrey Louis a depuis donné des échantillons à d’autres laboratoires pour permettre d’autres analyses visant à déterminer la véritable nature de ces mystérieuses pluies rouges.

Partager cet article :