Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 8 Nov, 2011 dans Téléromans politiques

Un menteur dit à un autre menteur : « Benyamin Nétanyahou est un menteur »…

(Source : Radio-Canada)

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et le président français Nicolas Sarkozy, lors d'une rencontre tenue en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 21 septembre 2011 © AFP/ERIC FEFERBERG

 

Le président français Nicolas Sarkozy a traité le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou de « menteur » lors d’un entretien à huis clos avec le président américain Barack Obama tenu lors du sommet du G20, la semaine dernière, à Cannes, révèle mardi le site français Arrêt sur images.

MM. Sarkozy et Obama croyaient avoir une conversation privée, mais des journalistes qui avaient reçu un boîtier permettant la traduction simultanée de la conférence de presse que s’apprêtaient à donner les deux hommes se sont aperçus en y branchant leurs écouteurs qu’ils pouvaient entendre leur conversation.

« Je ne peux plus le voir, c’est un menteur », a déclaré le président français. Son homologue américain répond : « Tu en as marre de lui, mais moi, je dois traiter avec lui tous les jours ».

Commentaire :
Puissance du lobby Israélien oblige.

Plusieurs des journalistes présents ont depuis confirmé les propos attribués à Nicolas Sarkozy par Arrêt sur images. Le site Internet spécialisé dans l’analyse des médias ne dit pas si un enregistrement de ces propos existe.

Toujours selon Arrêt sur images, M. Obama a aussi reproché à Nicolas Sarkozy de ne pas l’avoir prévenu que la France allait voter en faveur de l’adhésion de la Palestine à l’UNESCO, une décision qui a été désapprouvée par les États-Unis.

Les propos du président français n’ont pas été rapportés par les journalistes qui ont pu l’entendre, exception faite du correspondant du quotidien Le Monde, Arnaud Leparmentier, qui a écrit sur son blogue que « les deux dirigeants se sont affligés à huis clos de leurs relations difficiles avec le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou ».

Un responsable d’un média impliqué a confirmé à Arrêt sur images que les journalistes sur place ont discuté de l’affaire et ont convenu de ne pas utiliser l’information. « C’est un sujet un peu sensible : il est embêtant de ne pas faire état de ces informations, mais en même temps, nous sommes soumis à des règles déontologiques précises, et diffuser ces phrases revenait à les enfreindre », a-t-il fait valoir.

« Je suis au courant du buzz. Il faut voir quelle est la réalité de la chose. Je n’en ai pas la moindre idée. Je ne veux pas intervenir là-dessus. On est sur du buzz », a commenté le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero.

« Tout cela nous fait perdre de vue l’essentiel. Tout ce que nous voulons, c’est continuer à travailler pour que les choses avancent parce que les choses n’avancent pas », a ajouté M. Valero, en référence au processus de paix israélo-palestinien.

Le bureau du premier ministre Nétanyahou et le ministère israélien des Affaires étrangères n’ont pas réagi jusqu’ici.

Partager cet article :