Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 20 Avr, 2017 dans Téléromans politiques

L’illusion démocratique

(Source : La Cancanier)

Vous pensez encore avoir le choix? Vous n’en n’avez plus que l’illusion…

Les citoyens sont devenus des esclaves, assujettis au pouvoir en place, abrutis par cette présente société marchande, leur donnant sans cesse l’illusion du choix et du plaisir.

Aujourd’hui, tous se sentent citoyens et pensent avoir certaines rênes en mains en plaçant une enveloppe dans une urne, mais il en est tout autre.

Les esclaves modernes se pensent toujours citoyens, ils croient voter et décider librement qui doit conduire leurs affaires.  

Comme si il avait encore le choix…

Ils n’en ont conservé que l’illusion.

Croyez vous encore qu’il existe une différence fondamentale quant au choix de société dans laquelle nous voulons vivre, entre les différents partis politiques du monde, le PS, l’UMP, les démocrates, les républicains, les libéraux et les conservateurs, etc.?

Certes ces partis ont quelque chose de divergent sur la forme, les uns ont un caractère plus social, les autres plus financier, mais leurs fonds sont malheureusement convergents.

Il n’existe pas d’opposition car les partis politiques dominant sont d’accord sur l’essentiel, qui est la conservation de la présente société marchande.

Le  dogme du marché avec la complicité médiatique, monopolise l’apparence.

Ils se chamaillent sur des points de détails pourvu que tout le reste demeure en place. Ils se disputent pour savoir qui occupera les places que leur offre le parlementarisme élitiste dominé par les groupes d’influences.

Pour maintenir ce système d’endoctrinement où le citoyen ne prend jamais véritablement part aux problèmes, il suffit d’occulter un véritable débat sur le choix de société dans laquelle nous souhaitons vivre, et faire en sorte que l’apparence et la futilité dominent sur la profondeur de l’affrontement des idées.

La démocratie réelle se définie d’abord par la participation massive des citoyens à la gestion des affaires de la cité, et l’on a fait exprès de tout rendre compliqué pour empêcher tout citoyen d’avoir l’envie ou la force morale de se lancer dans une analyse des problèmes ou dans la gestion de la société.

La démocratie est directe et participative, elle trouve son expression la plus authentique dans l’assemblée populaire et le dialogue permanent sur l’organisation de la vie en commun.

La forme représentative et parlementaire usurpe le nom de démocratie et limite le choix des citoyens au simple droit de vote, c’est à  dire au NÉANT, tant il est vrai que le choix entre gris clair et gris foncé n’est pas un choix véritable.

Les sièges parlementaires sont occupés dans leur immense majorité par la classe socialement et économiquement dominante, qu’elle soit de droite ou de la prétendue gauche sociale, démocrate ou libérale.

Le pouvoir n’est pas à conquérir, il est à détruire.

Il est tyrannique par naturequ’il soit exercé par un roi, un dictateur, ou un président élu. La seule différence dans le cas de l’illusion de la démocratie parlementaire c’est que les « citoyens », esclaves, ont l’illusion de choisir eux même le maître qu’ils devront choisir, le vote à fait d’eux les complices de la tyrannie qui les oppriment.

[…]

Ils ne sont pas esclaves parce qu’il existe des maitres, mais ils existent des maîtres parce qu’ils ont choisis de rester esclaves.

Partager cet article :