Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 3 Sep, 2011 dans Science du contrôle

La mithridatisation des esprits ou comment infiltrer les cerveaux

(Source : Les divagations nrv via Résistance Inventerre – Empahses État du Monde, État d’Être)

Ami(e)s,

J’ai éprouvé l’envie de rebondir en consultant l’excellent article de Guy Birenbaum consacré au peu de retentissement de certaines révélations qui mériteraient pourtant d’inquiéter certains auteurs de supposées malversations.

L’atonie des réactions, l’étrange passivité d’une Justice fantoche dans laquelle, je puis en témoigner, aucun citoyen digne de ce nom ne se reconnait, nous conduit à admettre sûrement que désormais, la nature humaine étant ce qu’elle est, plus rien ne justifie l’indignation !

En fait, nous subissons depuis quelques décennies les révélations d’une avalanche de scandales, qui, s’ils nous ont assommés au tout début de leurs divulgations,  nous ont peu à peu, grâce à  leurs enterrements progressifs et systématiques par la « Justice » ou les médias, conduit sinon à la lassitude, du moins à la résignation.

Nous avons assistés depuis l’époque Mitterrand (auparavant tout était soigneusement gardé secret) à l’émergence d’affaires dont la plupart ont disparu aussi rapidement qu’elles étaient apparues, donnant l’impression fugitive  que la Justice devenait un simple broyeur  transformant directement des dossiers à résoudre en tas de papiers destinés au recyclage.

La mithridatisation (selon wikipédia) consiste à ingérer des doses croissantes d’un produit toxique afin d’acquérir une insensibilité ou une résistance vis-à-vis de celui-ci.

Ainsi, à force de révéler les malversations, les vols, des concussions, les ruses, les mensonges, les coups fourrés, les forfaitures, toutes incartades demeurées impunies, les médias habituent lentement l’électeur aux vices des élites composées rappelons le d’hommes et de femmes qui nous ressemblent avec nos défauts et leurs qualités…

Commentaire :
D’hommes et de femmes qui nous ressemblent? Pas si certain que ça

Cette idée impliquant qu’un homme n’est qu’un petit être fragile avec les vices inhérents à la nature humaine et ses faiblesses bien excusables, est injectée si habilement qu’on se demande si un homme trop honnête ne sera pas handicapé lors d’une joute électorale : on entend couramment dans la rue des phrases telles que : « celui-est bien trop tendre et naïf  pour faire un bon politique ! »

Parce que, les amis, que j’aille en enfer si je mens, croix de bois, croix de fer ; aux yeux de l’électorat populaire, le vice est devenu une vertu cardinale pour faire de la politique. 

Commentaire :
Société psychopatique oblige, ces « vertus » sont en effet le fondement de toute « réussite sociale » soit-elle politique ou commerciale. Nous avons baissé la garde, ils en ont profité.

Tout homme peu vérolé, incorruptible, honnête, pas roué pour un sou, est devenu soit un faible, soit un suspect en puissance, soit un imbécile !

Posséder une image de renard, de menteur, de vicieux, d’intéressé, de cupide, de madré, de félon, de traître, de vaniteux ostentatoire, de profiteur, de cupide,  de jouisseur sans vergogne représente désormais un gigantesque  atout dans le curriculum vitæ d’un homme politique de premier plan !

Commentaire :
Et gagnera plus qu’un humain aux sentiments humains remplissant les mêmes fonctions.

C’est vous dire l’état de déliquescence de ce qu’on appelle improprement notre « démocratie » !

Commentaire :
Le reste (plus coup de gueule)  de cet article est disponible ici.

Partager cet article :