Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 17 Sep, 2011 dans Science du contrôle

Division, tension et guerre de religion : la France interdit les prières, les Pays-Bas interdissent la burqa

(Source : Cyberpresse + Cyberpresse)

La France interdit les prières dans la rue

Déterminé à mettre fin à cette pratique apparue il y a une dizaine d'années dans certains quartiers faute de mosquées suffisamment grandes, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait prévenu dimanche qu'il n'y aurait «plus de prières dans la rue dès le 16 septembre». Malgré l'interdiction, à Paris environ 200 musulmans sont venus prier en début d'après-midi sur les trottoirs et la chaussée d'une rue de la Goutte d'or. Photo: Patrick Kovarik, AFP

 

Les autorités françaises, qui ont interdit les prières de fidèles musulmans dans la rue à compter de vendredi, ont ouvert de nouveaux lieux de culte, notamment à Paris, pour mettre un terme à cette pratique devenue objet de polémiques politiques.

Déterminé à mettre fin à cette pratique apparue il y a une dizaine d’années dans certains quartiers faute de mosquées suffisamment grandes, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant avait prévenu dimanche qu’il n’y aurait «plus de prières dans la rue dès le 16 septembre».

Dans le même temps, des accords ont été trouvés jeudi à Paris et à Marseille (sud) entre les autorités et les représentants du culte musulman pour l’ouverture de lieux de culte provisoires.

Dans la capitale, une ancienne caserne de pompiers a ainsi pour la première fois accueilli vendredi les fidèles des mosquées des rues Myrha et Polonceau, dans le quartier populaire de la Goutte d’Or, qui faute de place avaient l’habitude de prier à ciel ouvert sur le pavé entre voitures et passants.

Quelque 2000 personnes se sont pressées pour la prière hebdomadaire en ce nouveau lieu de culte provisoire, situé boulevard Ney près du périphérique, qui avec ses deux salles de 750 m2 et 600 m2, peut accueillir près de 2700 personnes, selon la préfecture.

L’imam de la mosquée de la rue Polonceau, Moustapha Hamdaoui, s’est félicité des nouvelles dispositions: «Cela soulage. Nous avons entre 2500 et 3000 fidèles et les gens n’aiment pas prier dans la rue, sous la pluie ou sous le soleil», a-t-il dit.

À Marseille, dans le sud de la France, les autorités avaient elles aussi annoncé jeudi «la mise à disposition provisoire» d’un espace, d’une superficie de 1000 m2.

«La plupart des associations gestionnaires de mosquées ont réussi à trouver des solutions permettant désormais d’éviter ces pratiques. En revanche, un petit nombre d’entre elles ne semblent pas pouvoir faire face à l’afflux des fidèles dans des locaux trop exigus», a expliqué la préfecture.

Déjà, deux nouvelles grandes mosquées avaient ouvert début août à Strasbourg (est) et Villeneuve-d’Ascq (nord).

«Si d’aventure il y a des récalcitrants, nous y mettrons fin», a prévenu dimanche le ministre de l’Intérieur, laissant entendre qu’il n’excluait pas de recourir à la force pour faire respecter la loi interdisant de prier dans la rue.

Mais malgré l’interdiction, à Paris environ 200 musulmans sont venus prier en début d’après-midi sur les trottoirs et la chaussée d’une rue de la Goutte d’or, a constaté un photographe de l’AFP. Les mosquées des rues Myrha et Polonceau seront fermées pendant trois à quatre semaines pour la prière du vendredi.

En banlieue parisienne, à Gennevilliers, ville qui dispose d’une nouvelle mosquée, quelque 200 musulmans ont également prié vendredi dans une rue, à l’appel d’une association s’opposant à la destruction prévue de leur ancien lieu de culte, a constaté une journaliste de l’AFP.

À Nice (sud-est), une centaine de personnes ont aussi prié sur un trottoir attenant à la mosquée du centre-ville, dont les locaux sont trop exigus pour accueillir tous les fidèles, a expliqué à l’AFP Razzouk Abdelhamid, le président de l’association Al-Baraka qui gère la mosquée.

Les musulmans qui, faute de lieux appropriés, prient dans les rues de quelques villes de France, font l’objet depuis plusieurs mois de critiques du chef de l’extrême droite Marine Le Pen et de plusieurs responsables du parti présidentiel de droite UMP.

Mme Le Pen avait soulevé un tollé en décembre en semblant faire un parallèle entre ces «prières de rue» et l’occupation de la France par l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

La France compte de cinq à six millions de musulmans.

 

Les Pays-Bas interdissent le port de la burqa

«Il va y avoir une interdiction générale du port de vêtements couvrant le visage en public», a annoncé le ministère néerlandais de l'Intérieur dans un communiqué publié à l'issue du conseil des ministres. Photo: Michel Gangne, Archives AFP

 

Le gouvernement néerlandais a décidé vendredi d’interdire la burqa aux Pays-Bas, conformément à l’accord de gouvernement soutenu par le parti d’extrême-droite de Geert Wilders, a annoncé le ministère néerlandais de l’Intérieur.

«Il va y avoir une interdiction générale du port de vêtements couvrant le visage en public», a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué publié à l’issue du conseil des ministres.

La proposition de loi, qui va être soumise pour avis au Conseil d’État, prévoit l’interdiction de la burqa dans les espaces publics, les bâtiments accessibles au public, les établissements scolaires, les établissements de soins et les transports publics, selon le communiqué.

«Le gouvernement estime que le port d’un vêtement qui cache en partie ou en totalité le visage est fondamentalement en contradiction avec le caractère des déplacements dans la vie publique, où nous devons tous, avec le visage découvert, être reconnaissables de la même façon», précise le communiqué.

Commentaire :
« Les millions de caméras du surveillance doivent être en mesure de filmer tout le monde » ne continue pas le communiqué.

Le chef de file du parti d’extrême droite PVV Geert Wilders avait annoncé le 30 septembre 2010 que la burqa allait être interdite aux Pays-Bas, lors de la présentation de l’accord de gouvernement conclu entre libéraux et chrétiens-démocrates et soutenu par son parti.

Le PVV de M. Wilders qualifie l’islam de fasciste et a fait campagne pour l’interdiction du Coran et du voile intégral.

Partager cet article :