Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 23 Sep, 2011 dans Science du contrôle

Contrôler par le racisme : le Canada signe le Protocole d’Ottawa car l’ « antisémitisme » est une menace croissante

(Source : Canoë + TVA)

Le Canada signe le Protocole d’Ottawa

Le gouvernement du Canada est devenu lundi le premier pays à signer le Protocole d’Ottawa sur la lutte contre l’antisémitisme.

Lancé en novembre 2010 à Ottawa, lors de la Coalition interparlementaire de lutte contre l’antisémitisme (ICCA), le Protocole est un plan d’action dont l’objectif est d’aider les pays à mesurer et à mettre en évidence les progrès qu’ils réalisent en ce qui a trait à la lutte contre l’antisémitisme.

«Le gouvernement agit en tant que chef de file dans la lutte contre l’antisémitisme. Le Protocole d’Ottawa complète les efforts que le Canada déploie actuellement pour lutter contre la haine et la discrimination, notamment contre l’antisémitisme», a affirmé le ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney.

Par ailleurs, le gouvernement du Canada a indiqué qu’il ne participera pas aux activités de commémoration du dixième anniversaire de la conférence mondiale de Durban contre le racisme.

«Notre gouvernement a perdu confiance dans le processus de Durban et ne participera pas à cette rencontre visant à commémorer des activités qui font la promotion du racisme plutôt que de le combattre», a indiqué le ministre Kenney.

Commentaire :
Nous avons ici la logique du psychopathe par excellence. Faire ce qu’on dénonce chez les autres en inversant la rhétorique lorsqu’il s’agit de nous-mêmes. Lutter contre l’antisémitisme, selon la définition officielle du terme, est du racisme car c’est faire la différence entre juifs et non juifs alors que d’autres peuples sont sémites comme, par exemple, les palestiniens! 

 

L’antisémitisme, une menace croissante au Canada, selon un rapport

La Coalition parlementaire canadienne de lutte contre l’antisémitisme (CPCLA) affirme que l’antisémitisme est une menace croissante au Canada, en particulier sur les campus universitaires.

Dans un rapport publié à Ottawa, la coalition considère notamment comme un événement antisémite la tenue de la Semaine de l’apartheid israélien.

Commentaire :
Être contre la politique d’un État, n’est pas être contre son peuple. Parler contre Israël, en termes généraux, n’est pas être antisémite puisqu’ils ne sont pas les seuls sémites sur la Terre.

Le Bloc québécois s’est retiré de la coalition, en mars dernier, arguant qu’elle était partiale et biaisée en faveur d’Israël et contre les Palestiniens.

Commentaire :
De l’intégrité en politique, bravo.

Le rapport imprimé en anglais et en français reconnait qu’il est difficile de distinguer l’antisionisme de l’antisémitisme, et les rédacteurs du document semblent amalgamer les critiques envers l’État d’Israël et les commentaires négatifs envers les Juifs.

La coalition fonde une grande partie de son propos sur des témoignages de personnes qu’elle a elle-même choisies.

Le rapport considère comme antisémite plusieurs attitudes au Canada, notamment celles-ci :

  • Nier au peuple juif le droit à l’autodétermination en prétendant que l’existence de l’État d’Israël est une entreprise raciste (le rapport ne parle pas du droit du peuple palestinien à l’autodétermination);
  • Faire des comparaisons entre la politique actuelle israélienne et celle des nazis;
  • Tenir les juifs de manière collective pour responsables des actions de l’État d’Israël.

La coalition admet toutefois que «les critiques à l’égard d’Israël comparables à celles exprimées à l’encontre d’autres pays ne peuvent être qualifiées d’antisémites».

Commentaire :
Et voilà qui fout tout le rapport par terre : 1) nous avons amplement fait les parallèles entre les É.-U. et le régime Nazi. 2) Quand nous parlons des É.-U. comme étant meurtriers, agressifs, néofascistes, etc., nous ne parlons pas du petit peuple. Idem pour Israël. 3) L’autodétermination d’un pays n’a jamais été remis en cause, du moins pas par quiconque a deux neurones qui se parlent. Par contre, on refuse ce droit aux palestiniens… dont une partie est sémite!

Le groupe parlementaire canadien juge «excessive» l’insistance que le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies met sur «la violation présumées des droits de la personne par Israël alors qu’il ignore les cas flagrants de violation de ces mêmes droits par d’autres États membres».

Audacieux, le comité parlementaire canadien recommande que le Comité des affaires étrangères de la Chambre des communes mène une «étude sur l’équité» du conseil des droits de l’homme onusien.

Selon les données de Statistique Canada, les crimes de haine contre les Juifs sont la deuxième catégorie la plus fréquente de crimes haineux déclarés au pays.

Les principales victimes de ce genre de crimes sont les Canadiens d’origine africaine.

Commentaire :
Deux poids, deux mesures. C’est que, voyez-vous, les africains ont la peau brune et racisme élitiste oblige, on doit préférer les plus pâles.

Partager cet article :