Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 16 Avr, 2013 dans Science du contrôle

Attentats de Boston : False Flag ou récupération?

(Source : Kairos & Logos)

Des attentats viennent de se produire lors du Marathon de Boston en ce 15 avril 2013 et n’a pas encore été revendiqué. Toute l’Amérique est en émoi. Le Président Obama promet évidemment de « trouver les coupables » bien qu’il déclare « ne pas savoir qui a fait ça et pourquoi » en l’état actuel des choses.

Au moment où cet article est rédigé, on dénombre trois morts, dont un enfant, et plus d’une centaine de blessés. L’émotion est vive partout dans le pays, ainsi que dans le monde entier, comme en atteste le flot incessant de nouvelles à ce sujet depuis plusieurs heures.

Cependant, au delà de l’émotion, ces attentats sont assez difficilement compréhensibles dans un contexte international certes tendu, mais dans lequel l’administration Obama a montré une tendance nette à vouloir se désengager de théâtres d’opérations sensibles comme l’Afghanistan, l’Irak ou la Syrie.

Alors, que va-t-on pouvoir nous vendre cette fois-ci ?

 

ISLAMISTES

Même si elle peut ne pas paraître crédible aux yeux de citoyens ré-informés, c’est à dire boycottant les médias mainstream au profit de sites d’information indépendants, il est tout à fait possible que suite à des investigations poussées du FBI, soit découvert un Coran ou deux sous les décombres de la zone d’arrivée du marathon de Boston.

Si en plus, il nous est ressortie des tiroirs de la CIA, une petite vidéo truquée d’un leader salafiste exprimant sans réserve sa joie, et brandissant sa kalachnikov importée de Russie tout en criant « Allah Ackbar« , il y a fort à parier que les néo-conservateur de Fox News seront aux anges, tel Erik Rush qui vient de demander sur son compte Twitter de « tuer tous les musulmans » car « ils sont maléfiques » [1]…

Il faudra craindre, si c’est cette thèse qui est imposée dans les médias par le complexe militaro-industriel, de voir dans les semaines qui viennent, des GIs débarquer en Syrie ou en Iran sans que les réticences de l’administration Obama n’y puisse grand chose, et encore moins les doutes de la communauté internationale. Pour le plus grand bonheur d’Israël…

Néanmoins, ce scénario ne semble pas le plus probable compte-tenu du fait que les Américains et l’opinion internationale ont encore en tête l’arnaque des « armes de destruction massives ». C’est pourquoi, il semblerait davantage que nous nous dirigions vers une autre piste.

 

ACTIVISTES ANTI-GOUVERNEMENTAUX

La symbolique de la date des attentats de Boston est intéressante. Le 15 avril est, dans l’État du Massachusetts, la date du Patriots’ Day (Journée des Patriotes) qui fait référence au retrait des Britanniques de la ville de Boston. C’est aussi, ironiquement, le Tax Day (Journée de l’Impôt) qui est la date limite de paiement des impôts pour les Américains.

C’est pourquoi, cette symbolique du jour [2] pourrait accréditer assez simplement la thèse d’une action d’activistes anti-gouvernementaux, comme le furent les « Davidien » de David Koresh à Waco, Texas [3].

L’intérêt d’une telle thèse pour l’administration Obama est la suivante. Les activistes anti-gouvernementaux étant tous pour le libre port des armes à feu, d’aucun y verraient dans ces explosions de Boston, un prétexte pour faire passer les lois restreignant la vente des armes à feu et ainsi faire plier l’encombrante NRA [4] qui fait encore de la résistance à ce sujet.

Car il est clair qu’un peuple désarmé est plus facile à maîtriser qu’un peuple en pleine possession de ses moyens de défense. Ce n’est pas un hasard si la liberté d’expression est mieux respectée aux États-Unis qu’en France…

Quoiqu’il en soit de la piste qui sera privilégiée, islamistes étrangers ou dissidents américains, déjà, des premiers indices d’un coup monté se font déjà jour…

 

FALSE FLAG

Les attentats du marathon de Boston se sont produits le même jour que l’exercice « explosion contrôlée » de la brigade de déminage de Boston comme l’indique le compte Twitter du Boston Globe :


C’est d’autant plus troublant que le commissaire de la police de Boston a déclaré que l’incendie de la bibliothèque JFK ne semble pas relié aux explosions du marathon [5]. Faut-il donc y voir un coup monté, un False Flag, des agences gouvernementales américaines ? Ce ne serait pas la première fois. Le dernier en date qui fut médiatisé étant probablement la tuerie de Sandy Hook à Newtown [6].

L’avenir nous dira à qui profite réellement le crime. Et l’avenir nous dira, peut-être, s’il s’agit d’une tragédie récupérée en opportunité pour justifier des guerres à travers le monde, ou bien d’un coup monté depuis le début. Mais soulignons déjà l’indécence des médias à relayer en boucle cet événement certes tragique, mais non moins que d’autres beaucoup moins couverts comme les attentats qui ont lieu chaque jour en Irak du fait même de l’interventionnisme américain [7], les exactions barbares de l’Armée dite Syrienne Libre [8] soutenue par l’OTAN, ou bien les maltraitances à Guantánamo [9] indignes de la « première démocratie du monde ».

La vie n’a certes pas de prix, mais devons-nous constater que celle d’un étranger, qui plus est Musulman, vaut beaucoup moins que la vie d’un Américain…

 

Références :

Partager cet article :