Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 25 Oct, 2011 dans Manifestations et résistance

Indignés « Unis pour un changement mondial » : un Nouvel Ordre Mondial ce sera, dit Mikhaïl Gorbachev

(Source : Humanité.fr + NouvelOrdreMondial.cc)

Indignés « Unis pour un changement mondial » 

Plus de neuf cents villes dans quatre-vingt-deux pays ont connu des manifestations 
et des rassemblements contre la précarité et le pouvoir de la finance.

Des milliers d’Indignés se sont mobilisés samedi à travers le monde contre la précarité et le pouvoir de la finance. Avec un mot d’ordre clair : « Unis pour un changement mondial ». Enclenché en Espagne le 15 mai, le mouvement fait tache d’huile semant, selon ses initiateurs, les graines d’une « révolution démocratique », qui doit mettre fin à une situation intolérable. Selon le réseau 15october.net, qui recense les appels à manifester, des rassemblements étaient prévus dans 951 villes à travers 82 pays. Ils ont été plus ou moins forts.

En France, ceux qui se surnomment « les 99 % » et ne tolèrent plus la « cupidité » des 1 % les plus favorisés, se sont fait entendre à Paris, où ils étaient plus d’un millier devant l’Hôtel de Ville, et dans une trentaine de villes de province. La mobilisation a été plus significative au Portugal, où environ 40 000 personnes ont défilé – une moitié à Lisbonne, l’autre à Porto –, deux jours après l’annonce par le gouvernement de nouvelles mesures d’austérité. Dans la capitale, le cortège a encerclé le palais Sao Bento, qui abrite l’Assemblée nationale, aux cris de : « Cette dette n’est pas la nôtre » ou « FMI, dehors ». Le mécontentement s’est exprimé aussi en Italie en proie à un chômage élevé, à la paralysie politique et à un plan d’austérité de 60 milliards d’euros qui a entraîné une hausse des impôts et du coût des soins médicaux. Rome a vu défiler plusieurs dizaines de milliers de manifestants. À Bruxelles, 7 000 Indignés se sont rassemblées avec pour slogan sur les banderoles : « Peuples, soulevez-vous ». Devant la Bourse, les manifestants se sont livré à des jets de chaussures en règle. Sur la place Syntagma, à Athènes, point central des manifestations qui se succèdent depuis des mois contre la cure d’austérité sans précédent que connaît la Grèce, 4 000 Indignés s’étaient de nouveau donné rendez-vous. En Allemagne, les défilés ont rassemblé des milliers de contestataires à Berlin, Hambourg, Leipzig, et devant le siège de la Banque centrale européenne, à Francfort. Des manifestants se sont également groupés sur Paradeplatz, la grande place de Zurich, capitale financière de la Suisse. À Londres, quelque 2 000 personnes se sont réunies devant la cathédrale Saint-Paul, dans la City.

En Australie, en Nouvelle-Zélande et dans quelques régions d’Asie, des défilés ont marqué cette journée de colère. À Sydney, ils étaient quelque 2 000 manifestants, représentants de la communauté aborigène, syndicalistes et militants communistes, à défiler.

On comptait aussi des manifestations à Tokyo, Manille, Taipei ou Hongkong.

 

Mikhaïl Gorbachev dit qu’Occupy Wall Street signale l’émergeance d’un Nouvel Ordre Mondial

Alors que le mouvement Occupy Wall Street continue, certains visages peu probables soutiennent le mouvement et quelques scénarios improbables sont présentés comme des « solutions ». Alors que la plupart des revendicateurs appellent au retour des racines de la démocratie et de stopper la règle illégale des banques internationales, vous avez des figures qui travaillent pour l’exact opposé – un gros gouvernement socialiste bien gras – soutiennent le mouvement. George Soros et Mikhaïl Gorbachev, deux des plus virulents mondialistes de l’élite, ont en effet travaillé pendant des années pour un Nouvel Ordre Mondial et tout ce qu’il implique.

Est-ce qu’OWS piège les gens dans la dialectique Hégélienne, où soutenir les revendicateurs devient soutenir un Nouvel Ordre Mondial? Voila ce que Gorbachev a dit le 20 Octobre à l’Université Lafayette.

Nous récoltons les conséquences d’une stratégie qui n’est pas propice à la coopération et au partenariat, à la vie dans une nouvelle situation mondiale. Le monde a besoin d’objectifs qui rassemblent les gens. Certaines personnes aux Etats-Unis ont poussé l’idée de créer un empire mondial américain, et ce fut une erreur dès le début. D’autres personnes en Amérique réfléchissent à l’avenir de leur pays. Les grandes banques, les grandes sociétés, paient encore les mêmes gros bonus pour leurs patrons. Y a-t-il déjà eu une crise pour eux? … Je crois que l’Amérique a besoin de sa propre perestroïka. La situation entière mondiale ne se développe pas correctement. Nous avons vu la détérioration là où il y aurait dû avoir un mouvement positif.

Mon ami le regretté Pape Jean-Paul II l’a dit le mieux. Il a dit, « Nous avons besoin d’un nouvel ordre mondial, un qui est plus stable, plus humain, et plus juste. »D’autres, comme moi-même ont parlé d’un nouvel ordre mondial, mais nous sommes toujours confrontés au problème de la construction d’un tel ordre mondial … les problèmes de l’environnement, de l’arriération et la pauvreté, les pénuries alimentaires … tout cela parce que nous n’avons pas un système de gouvernance mondiale. Nous ne pouvons pas laisser les choses comme elles étaient avant, quand nous voyons que ces manifestations se déplacent même à de nouveaux pays, que presque tous les pays observent maintenant ces protestations, que les gens veulent du changement. Comme nous sommes face à ces défis, ces problèmes soulevés par ces mouvements de protestation, nous allons progressivement trouver notre chemin vers un nouvel ordre mondial.

 

Partager cet article :