Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 18 Avr, 2012 dans Guerre perpétuelle

Un macabre scandale [de plus] vise l’armée américaine

(Source : Jolpress)

Le jour même où les responsables de l’OTAN discutent des scénarios de retrait des troupes alliées en Afghanistan, un nouveau scandale vient éclabousser les G.I.s présents sur place. Le gouvernement prend très au sérieux cette dérive intolérable et Barack Obama sait qu’en année électorale il ne peut prendre le risque d’être accusé de manque d’autorité.

Il y avait eu les tortures à la prison de Bagram, puis des photos de soldats urinant sur des cadavres et l’incinération de corans après l’assassinat de villageois par le sergent Robert Bales… voici une nouvelle affaire impliquant des militaires américains mobilisés en Afghanistan.

 

18 clichés de scènes d’horreur

Des soldats brandissant les membres déchiquetés d’un kamikaze… La photo-trophée a été prise en février 2010. Un peloton de la 82ème division aéroportée, stationnée dans la province de Zābol, avait reçu pour mission d’aller relever les empreintes des doigts et de l’iris du terroriste dont les restes avaient été retrouvés par la police afghane. C’est la photo qu’a placé en Une du Los Angeles Times ce mercredi 18 avril.

Au total, une sélection des 18 clichés ont été publiés par le grand quotidien californien. Ces scènes dépassent l’entendement. Sur une autre, des soldats tiennent la main, encore une fois déchiquetée d’un cadavre, dont ils ont relevé le majeur… Une autre encore montre des soldats autour de cadavres avec un badge sur lequel on peut lire « Zombie Hunter » ou « chasseur de zombie ». Ce n’est qu’une sélection.

Commentaire :
Ce type de comportement choque profondément la population. Et pourtant… cela est monnaie courante. De TOUTE guerre, de TOUTE agression armée d’envergure résulte des comportements affreux : viols, tortures et récolte de « trophée » fait d’organes humains. Il n’est PAS UNE GUERRE de l’histoire dans laquelle ce ne fut pas ainsi. Seulement, vivant dans des sociétés aseptisées à ce type d’horreur que le cartel médiatique ne dévoile qu’au compte-goutte et à grands coups d’euphémisant « ce ne sont que quelques bavures sur lesquelles nous enquêteront afin que ça ne se produise plus », la majorité de la population n’a aucune notion de ce qu’est réellement la guerre. Les guerres, ce sont des massacres, des viols de femmes et d’enfants, des tortures horribles et des atrocités du type collier d’oreilles en tant que souvenir. Il en a toujours été ainsi et en sera toujours ainsi, et ce, dans TOUTES les guerres. Passées, présentes et futures.

Un soldat entend dénoncer le manque d’encadrement et de discipline

Une série de photos a été remise au Los Angeles Times par un soldat de cette même division rentré d’Afghanistan. Celui-ci a préféré conserver l’anonymat, on le comprend. On sait qu’il a servi au sein de la 4ème brigade de combat de la division et qu’il est stationné à Fort Bragg, en Caroline du Nord.

Son objectif serait de dénoncer les pratiques intolérables auxquelles se livrent les troupes américaines en opérations extérieures et d’alerter « sur les risques engendrés par un manque d’encadrement et de discipline » à l’intérieur de l’armée. Il estime que de tels comportements mettent en danger la sécurité des troupes.

La brigade, dotée d’un nouveau commandement mais avec certains des parachutistes ayant servi en 2010, a entamé en février de cette année une nouvelle rotation en Afghanistan.

 

Le Pentagone lance une enquête

Après que le Los Angeles Times lui ait communiqué des copies officielles de ces photos, l’armée a lancé une enquête criminelle.

Commentaire :
Quand la police enquête sur la police, l’armée sur l’armée, on sait très bien ce que ça donnera…

« C’est une violation des règlements militaires que de poser avec des corps pour des photographies en dehors d’un ordre précis, » a rappelé au Los Angeles Times George Wright, un porte-parole de l’Armée. « De telles pratiques ne correspondent pas à l’attitude que nous attendons de nos hommes lorsqu’ils sont déployés en opération. »

Wright a ajouté qu’aux termes de l’enquête, l’Armée « prendrait les décisions qui s’imposent » contre tous ceux qui ont été impliqués. La plupart des soldats figurant sur ces photos ont été identifiés, a affirmé leLieutenant-colonel Margaret Kageleiry, un autre porte-parole de l’Armée.

L’Armée avait demandé au Los Angeles Times de ne pas publier ces photos.

Motif : si ces photos ne reflètent pas des comportements courants, elles risquent, même deux ans après les faits, de nuire à l’image des soldats américains auprès des populations afghanes et de mettre leurs vies en danger.

 

Le Los Angeles Times devait-il publier ces photos ?

Le rédacteur en chef du Los Angeles Times justifie son choix de publier ces images : « Après mure réflexion, nous avons décidé que la publication d’une petite sélection significative de clichés nous permettrait de satisfaire l’obligation que nous avons d’offrir à nos lecteurs un traitement rigoureux et impartial de tous les aspects de la mission américaine en Afghanistan, y compris au cas où ces images refléteraient un manquement dans la discipline des unités qui serait susceptible de mettre en danger les troupes américaines. »

Les photos ont été prises au cours d’un déploiement d’un an en 2010. Sur les 3500 membres de la brigade, 35 sont morts – d’après icasualties.org. Au moins 23 ont été les victimes de bombes artisanales ou de kamikazes.

Partager cet article :