Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 8 Mai, 2013 dans Guerre perpétuelle

La Syrie coupée d’internet : panne ou censure ?

(Source : Actualutte)

Depuis mardi 19h, la Syrie est plongée dans un trou noir numérique. Panne ou coupure par le régime en vue d’une offensive ? Tout est envisageable.

Umbrella Security Labs, une entreprise américaine a fait état d’une « chute significative du trafic (sur internet) à partir de la Syrie » depuis mardi 18H45 GMT. « À y regarder de plus près, il semble que la Syrie ait presque disparu de l’internet », a déclaré Dan Hubbard. »Je n’ai plus de données à partir de hier soir vers 19h, heure de Paris » confirme à France 24 Nicolas Guillaume, porte-parole de Cedexis, une société française de veille du trafic. Google montre également cette chute du trafic en publiant un infographie grâce aux sociétés Akamai et Renesys. Plus inquiétant, les liaisons téléphoniques entre les différentes provinces syriennes ont également été coupées.

Cliquer pour agrandir.

 

Panne ou censure ?

Pour l’agence officielle syrienne Sana, il s’agit d’une panne due à l’endommagement de câbles de fibre optique. Elle cite un responsable du secteur des communications qui indique que « des efforts sont en cours pour réparer la panne et rétablir les liaisons internet et téléphoniques au plus vite ». Les bombardements étant quotidiens, cette version est tout à fait possible. De leur côté, les opposants régime accusent le pouvoir de censure volontaire. « Mêmes les moyens de communication par satellite sont lents », a indiqué l’un d’entre eux, qui se trouve hors du pays, à l’AFP.

Cedexis apporte quelques éléments pour comprendre. « Le réseau, qui dépend d’un seul fournisseur (NDLR : la STE, Syrian Telecommunication Establishment) est tellement centralisé que cela peut générer des pannes majeures. Au moindre problème, l’impact peut être énorme », estime Nicolas Guillaume. « C’est un pays en guerre. On peut raisonnablement estimer qu’il peut y avoir des dommages sur le réseau ». Il rappelle toutefois que le régime n’avait pas hésité à couper le réseau en novembre dernier. « L’histoire nous a montré à l’époque qu’ils avaient volontairement coupé le réseau pour faire des essais ou parce qu’il y avait eu une grande offensive de l’armée syrienne. Quand il y a une longue coupure en Syrie, c’est souvent pour empêcher les communications entre les organisations rebelles ».

 

Les Telecomix tentent de maintenir des connexions

Les activistes de Telecomix qui s’étaient fait connaître lors de la coupure généralisée d’Internet durant le soulèvement égyptien tentent à nouveau de diffuser du matériel et des recommandations afin de permettre un accès au réseau même sous la censure du régime. Ils utilisent des modems qui se connectent aux lignes téléphoniques afin d’obtenir une connexion bas débit, mais la méthode risque difficilement de fonctionner tant que les lignes téléphoniques resteront elles aussi hors service.

Partager cet article :