Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 3 Nov, 2011 dans Guerre perpétuelle

Iran : après Israël, ce sont Londres et Washington qui étudient des frappes

(Source : Le Figaro)

Commentaire :
Notez que l’information ne vient pas d’un site alternatif douteux, mais directement de la bouche des médias alignés. On peut donc s’attendre à un « déluge de feu » sous peu…

Crédits photo : © Ho New / Reuters/Reuters

 

Les États-Unis et le Royaume-Uni envisagent des tirs de missiles préventifs sur des installations nucléaires iraniennes.

Commentaire :
Il n’existe pas de tir de missile « préventif ». Des tirs de misiles, ça tue. Point barre.
Après Israël, le Royaume-Uni et les États-Unis envisagent une attaque préventive contre l’Iran en réaction à l’inquiétude croissante sur son programme nucléaire. Selon le Guardianle ministère de la Défense britannique préparerait des plans d’intervention pour participer aux côtés des Etats-Unis à une action militaire. Ils impliqueraient des frappes aériennes sur des installations ciblées et le déploiement de navires dans la région, sans déploiement terrestre.Après la fin de la campagne de Libye, l’Iran est revenu au premier plan des préoccupations de l’état-major britannique, rapporte le quotidien. Un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique sur l’Iran attendu la semaine prochaine pourrait apporter des preuves de l’avancée d’un programme nucléaire militaire dans le pays. Les conclusions de ce rapport pourraient pousser les Américains à militer pour une intervention, rejoignant ainsi Israël, où l’option d’une attaque serait quasiment décidée. Dans ce cas, Londres participerait aux opérations.

Commentaire :
L’AIEA est toujours revenue les mains vides de ses inspections car il n’y a pas de programme militaire nucléaire en Iran. Mais il y en a un, pourtant bien connu, en Israël.

Barack Obama ne souhaitait pas ouvrir un nouveau front avant l’élection présidentielle de l’an prochain. Mais l’inquiétude liée aux rapports des services de renseignements et à la montée du ton belligérant en Iran pourraient accélérer les choses.

 

Réacteurs enterrés sous une montagne

Les sanctions et les attaques informatiques contre les installations nucléaires iraniennes n’auraient pas réussi à empêcher le pays de développer son arsenal. Les Iraniens auraient installé leurs réacteurs les plus performants dans une base militaire enterrée sous une montagne près de la ville de Qom, à 150 kilomètres au sud-ouest de Téhéran. Le ministère de la Défense britannique craint, sur la foi de rapports de renseignement, que l’Iran puisse avoir caché toutes ses installations d’ici un an, les rendant inatteignables par des missiles.

«Le gouvernement britannique estime qu’une stratégie parallèle de pression et d’engagement est la meilleure approche pour répondre à la menace nucléaire iranienne et éviter un conflit régional. Nous voulons une solutions négociée, mais toutes les options doivent rester sur la table», a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense, cité par le Guardian. Si elle était décidée, une intervention pourrait avoir lieu au printemps. D’autres responsables relativisent l’imminence d’une telle action et expliquent que les militaires étudient toutes les options pour être prêts à répondre au cas où.

Partager cet article :