Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Pages Menu
Menu

Publié le 13 Mai, 2015 dans État policier

Quand manifester devient criminel

(Source : Le Devoir – Merci à Clara)

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Sandra Cordero, mère de six enfants, s’est retrouvée au poste de police, menottes aux poings, pour répondre d’accusations criminelles.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir
Sandra Cordero, mère de six enfants, s’est retrouvée au poste de police, menottes aux poings, pour répondre d’accusations criminelles.

A-t-on encore le droit de manifester au Québec ? Le Devoir se penche en trois temps sur la répression des manifestations avec comme point de départ cette marche du 1er mai à Montréal qui a mené à 84 arrestations et 27 accusations criminelles.

La manifestation venait tout juste de se mettre en branle. Sans crier gare, la police a lancé des bombes de gaz lacrymogène dans l’air. La foule tranquille, composée de femmes, d’enfants, d’étudiants, de personnes âgées et de militants anticapitalistes, s’est aussitôt dispersée, dans un lourd nuage gris.

Les yeux irrités, le souffle court, un groupe de marcheurs a quitté le square Phillips pour remonter la rue Sainte-Catherine vers l’ouest, dans le sens contraire de la circulation. Des policiers antiémeute, armés de boucliers, attendaient les manifestants deux pâtés de maisons plus loin. La police a lancé d’autres gaz lacrymogènes vers la foule. Puis du gaz poivre. Et les coups de matraque ont commencé à fuser.

Ce soir-là, le vendredi 1er mai, Journée internationale des travailleurs, Sandra Cordero se trouvait parmi les marcheurs. Cette mère de six enfants, préposée à domicile pour des personnes âgées, avait envie de manifester contre l’austérité. Elle dit avoir été stupéfaite par ce qu’elle a vu.

« J’ai vu de la violence policière, raconte la femme de 46 ans. La police est supposée protéger les citoyens. Elle a plutôt attaqué les citoyens. »

Près de deux semaines après la marche du 1er mai, plusieurs participants à la manifestation se demandent encore ce qui s’est passé ce soir-là. Ils disent n’avoir vu rien de moins qu’un dérapage policier. Interrogés séparément, ils racontent tous la même histoire. L’histoire d’une manifestation pacifique réprimée de façon musclée par la police. L’histoire de 84 personnes arrêtées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) — 57 arrestations en vertu du règlement municipal P-6 et 27 autres pour des infractions criminelles. Comme s’il était interdit de manifester au Québec.

.

Matraques, gaz et Code criminel

Sandra Cordero, notre mère de six enfants, fait partie de ceux qui ont été accusés en vertu du Code criminel. Elle s’est retrouvée au poste de police, menottes aux poings, pour répondre d’accusations criminelles de voies de fait sur un policier et d’entrave au travail d’un agent de la paix. Dix jours plus tard, elle a encore des bleus au bras droit et une éraflure au coude gauche, après avoir été traînée par quatre policiers sur l’asphalte de la rue Sainte-Catherine.

Commentaire :
Agent de la « paix », très paradoxal en ces temps « modernes ».

« On me traite comme une criminelle alors que je n’ai fait que me défendre. Je me suis sentie agressée par le monsieur. Je lui ai dit : “tu me fais mal, lâche-moi” ! »

Alex Tyrrell, chef du Parti vert du Québec, a tout vu. Il a filmé la scène. On voit des policiers interpeller Sandra Cordero. Lentement, presque en douceur. De toute évidence, ils n’ont pas l’intention de lui faire mal. Mais on peut comprendre que ça fait mal, se faire tordre le bras par derrière le corps.

« J’ai trouvé les policiers agressifs, dit-il. Ce que j’ai vu le 1er mai, c’est un corps policier violent contre des manifestants pacifiques. Depuis que les accusations en vertu du règlement P-6 ont été annulées par la Cour, la police se tourne vers les matraques, le gaz et les accusations criminelles. »

Durant son escarmouche avec les policiers, Sandra Cordero a perdu ses lunettes. Elle voyait mal. Mais elle avait surtout peur de les avoir perdues pour de bon. Ça coûte cher, des lunettes. Et avec six enfants âgés de 13 à 25 ans, elle n’a pas les moyens de s’en acheter d’autres. C’est pour ça qu’elle voulait manifester : pour rappeler au gouvernement que l’austérité frappe dur, surtout les femmes immigrantes comme elle (arrivée du Chili à l’âge de 10 ans).

« Maintenant, je dois me défendre d’accusations criminelles. Je vais m’absenter du travail pour aller en cour. Et je vais manquer de revenus. »

Brigitte Lejeune, elle, a eu de la chance : cette mère de famille de 51 ans n’a pas été arrêtée par la police. Mais elle aurait pu. Elle était à la marche du 1er mai avec sa fille et une de ses amies. « On a eu la chance de rester loin des policiers. Mais ce que j’ai vu m’a fait peur. Oui, j’ai eu peur de la police. J’ai senti la répression, le contrôle. Je pensais qu’on était libres au Québec. On se rend compte que non », raconte cette mère de trois enfants, qui est inhalothérapeute à l’hôpital Notre-Dame.

Comme tous les témoins à qui nous avons parlé, Brigitte Lejeune a été surprise par la rapidité avec laquelle les policiers ont lancé des bombes de gaz lacrymogène : dès les premières minutes de la manifestation, alors que des centaines de marcheurs n’avaient même pas encore bougé, au square Phillips. Au fil de la marche, elle a été ébranlée de voir des gens tout à fait pacifiques se faire matraquer, gazer, arrêter.

« J’ai vu des manifestants en état de choc, qui avaient besoin de soins à cause des gaz et des coups de matraque. Je travaille à l’urgence de l’hôpital Notre-Dame. S’ils étaient arrivés à l’hôpital dans cet état, ils auraient immédiatement reçu des soins », dit-elle.

« A-t-on encore le droit de manifester au Québec ? Si c’est rendu un crime de manifester, où est-ce qu’on s’en va ? Je ne prône jamais l’extrême. Je dis toujours à mes enfants qu’il y a deux côtés à la médaille. Qu’est-ce que je vais leur dire après ces manifestations ? Dans un contexte de manifestation, la police n’est pas au service des citoyens. J’ai confiance en la police de quartier, dans la vie de tous les jours. Mais pas dans un contexte de manifestation. »

 .

Itinéraire d’une manifestante

L’envers de la médaille ? La marche était organisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC), qui a des relations tendues avec la police. Avec les médias aussi. Avec tous les représentants du « système » capitaliste. Est-ce une raison pour interdire une manifestation avant même qu’elle commence ? D’autant que le règlement P-6, qui oblige les manifestants à fournir leur itinéraire, a été démoli en Cour municipale au cours des derniers mois. Le règlement interdit aussi les manifestations masquées.

« Pourquoi pensez-vous qu’on se cache le visage ? Parce que les policiers nous connaissent, nous suivent partout et nous donnent des contraventions dès qu’ils nous voient, dans une manifestation ou non », raconte une étudiante qu’on appellera Nadia, pour la protéger.

« Au début, je manifestais contre l’austérité, contre les hydrocarbures et pour l’éducation. Maintenant, je manifeste pour le droit de manifester ! Si on ne défend pas ce droit, on va le perdre », dit-elle.

Cette frêle jeune femme de 18 ans a reçu une demi-douzaine de constats d’infraction de 640 $ en vertu de P-6, depuis le printemps étudiant de 2012. Le 1er mai, elle a été arrêtée — brutalement, selon elle et des témoins — et accusée d’attroupement illégal en vertu de l’article 63 du Code criminel. Parmi ses conditions de libération : interdiction de se trouver dans une manifestation illégale.

« Comme toutes les manifestations sont déclarées illégales, je n’ai plus le droit de manifester. Si je me fais arrêter dans une manif illégale, je vais tout droit en prison », dit-elle.

Nadia a une bosse derrière la tête. Elle a mal au dos, aux côtes, au bras. Elle a surtout mal au moral. Elle affirme avoir été gazée, matraquée et traînée sur cinq mètres par un policier. « J’ai fait une crise de panique. J’étais en hyperventilation. J’étais sonnée. Je ne comprenais plus ce qui se passait. Depuis, quand je vois des policiers, mon réflexe est de cesser de respirer. Je tremble, je tiens la main de la personne qui est avec moi. »

Plus important encore, Nadia n’a plus envie de manifester. Elle n’est pas la seule.

Commentaire :
Le Québec entre officiellement dans le fascisme et la répression brutale au même titre que les États-Unis, la France et tant d’autres… Bienvenue à l’ère du « nouvel » ordre mondial