Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 7 Avr, 2013 dans État policier

France : le service de renseignement intérieur fait supprimer un article sur Wikipédia

(Source : L’Avenir)

La Wikimedia Foundation accuse un service français, la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), d’avoir fait supprimer «sous la menace» un article de l’encyclopédie gratuite en ligne Wikipédia, jugeant qu’il portait atteinte au secret de la défense nationale.

Le ministère français de l’Intérieur a contesté dans la soirée auprès de l’AFP toute «menace». «Dans un état de droit, on ne peut pas assimiler à une menace l’engagement d’une procédure judiciaire» engagée sur un «passage qui pose problème à la sécurité nationale», a-t-on relevé au ministère.

Commentaire :
En effet, menacer d’une poursuite judiciaire n’est pas… menacer. Sémantique!

L’article en question, créé le 24 juillet 2009, porte sur une station hertzienne militaire dans le département du Puy-de-Dôme (centre de la France).

Commentaire :
Style HAARP, quoi.

La Wikimedia Foundation, qui est basée aux États-Unis et qui possède les serveurs hébergeant Wikipédia, explique sur son site avoir été contactée le 4 mars par la DCRI qui demandait «la suppression» de l’article. Les services mettaient en avant que celui-ci contenait «des informations militaires classées» et que «la publication de telles informations violait le Code pénal», selon la Wikimedia Foundation.

«Nous avons demandé plus d’informations à la DCRI. (…) Malheureusement, elle a refusé d’apporter plus de précisions et a redemandé que l’article soit effacé dans son intégralité», explique la Fondation, qui a refusé.

Le passage litigieux concernait «l’organisation de la composante nucléaire de la défense nationale», précise l’Intérieur.

«Le 30 mars, nous avons découvert que la DCRI (…) avait contacté un bénévole (…) qui réside en France», selon la Fondation. Elle a «insisté» pour qu’il utilise ses «droits administratifs pour supprimer immédiatement l’article». «Sous la menace, il a supprimé l’article», raconte la Fondation.

 

« La censure serait une attaque directe des valeurs de la Communauté wikimedia »

Selon le ministère de l’Intérieur, «à la demande du parquet, sous le contrôle de l’autorité judiciaire», cette personne, après un refus initial de retirer l’article, «a été mise en garde contre le risque d’engagement de poursuites judiciaires» dont elle pourrait être l’objet «en tant que responsable juridique de Wikipedia France».

Wikimédia France déclare pour sa part que le bénévole, qui «n’a aucun rapport avec l’article incriminé», a été menacé d’un placement en garde à vue et d’une mise en examen. «La page a été restaurée dans la nuit de vendredi à samedi par une personne qui habite en Suisse», ajoute Wikimédia France.

«La Fondation s’oppose vivement à des tentatives gouvernementales d’intimider les bénévoles qui consacrent leur temps et leur énergie à construire» Wikipédia, «l’un des grands projets éducatifs, que tout le monde peut partager gratuitement».

La Fondation est «sensible aux problèmes de sécurité nationale, mais dans les cas où il n’y a pas de menace apparente (…), nous demandons plus d’informations avant de supprimer du contenu». «Faire autrement, ce serait autoriser la censure (…), ce qui serait une attaque directe des valeurs de la Communauté wikimedia», écrit la Fondation.

L’article qui était sur Wikipédia en français a été traduit en anglais samedi.

Partager cet article :