Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 20 Août, 2011 dans État policier

Chili : Le maire de Santiago propose d’envoyer l’armée pour écraser le mouvement étudiant

(Source : Actualutte)

Les étudiants chiliens prévoient jeudi une nouvelle manifestation. © MARTIN BERNETTI / AFP

Pablo Zalaquett, le maire conservateur de Santiago, a émis des propos assez durs dans le quotidien « la Tercera ». Alors que le journaliste qui l’interrogeait lui demandait si les manifestations étudiantes allaient persister jusqu’au 11 Septembre, date d’anniversaire du putsch du Général Pinochet le 11 Septembre 1973, Zalaquett a livré son opinion personnelle:  »Si cela ne s’arrête pas avant le 11 Septembre et j’ai le sentiment que cela ne s’arrêtera pas, la situation va vraiment être difficile. Le ministère de l’intérieur va devoir faire quelque chose. S’ils voient que ces manifestations représentent un réel danger pour la sécurité du pays, ils vont devoir analyser si les forces de police suffisent à endiguer le problème. Si ce n’est pas le cas, il faudra faire appel à l’armée. »Ces propos ont fait réagir à la fois son propre camp mais aussi l’opposition. Le président du parti communiste chilien, Guillermo Tellier, a été le premier à condamner les propos du maire:  »On voit bien que ces manifestations ne représentent pas un danger pour les citoyens chiliens. De là à aller chercher l’armée… Vous croyez vraiment que l’armée chilienne a envie de s’en prendre aux étudiants? J’attends de connaître la position du gouvernement. »

A droite, on prend ses distances avec Zalaquett, comme le confirme les propos Cristián Monckeberg, le président de l’UDI:  » le maintien de l’ordre se fait par l’intermédiaire du gouvernement et des policiers du pays. Ce sont eux qui garantissent la sécurité intérieure du pays. » Après un tel bide, Zalaquett est revenu sur ses propos, affirmant qu’ils avaient été sorti de leur contexte et déformé par le journal en question.

Partager cet article :