Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 14 Fév, 2012 dans Big Brother

Internet : le Canada veut faciliter l’accès aux données personnelles – ceux qui s’y oppose appuient les pédophiles!

(Source : Radio-Canada + Radio-Canada)

Ottawa veut faciliter l’accès aux données personnelles pour les policiers

Les ministre Rob Nicholson et Vic Toews présentent le projet de loi C-30 sur la protection des enfants contre les cyberprédateurs, lors d'une conférence de presse à Toronto. © PC/FRED CHARTRAND

Le gouvernement Harper veut permettre aux services de police, aux services secrets et aux enquêteurs du Bureau de la concurrence d’obtenir sans mandat les données personnelles des internautes auprès des fournisseurs de service de téléphonie et d’Internet.

Des dispositions en ce sens se retrouvent dans le projet de loi C-30 sur la protection des enfants contre les cyberprédateurs, présenté mardi à la Chambre des communes par les ministres de la Justice et de la Sécurité publique, respectivement Rob Nicholson et Vic Toews.

En conférence de presse, mardi midi, à Toronto, les deux ministres ont expliqué que le projet de loi C-30 obligera les fournisseurs de services de téléphonie et d’Internet à:

  • mettre en place et à maintenir des systèmes dotés d’une capacité d’interception pour appuyer les services de police et les services secrets qui ont obtenu « une autorisation légale d’intercepter le contenu des communications »;
  • fournir des renseignements de base sur les abonnés de façon uniforme et rapide, et ce, à la demande des membres désignés de la police, du SCRS et du Bureau de la concurrence (seulement le nom, l’adresse, le numéro de téléphone, l’adresse courriel, le numéro de Protocole Internet de l’abonné, et le nom du télécommunicateur).

« Les criminels, les gangs et les terroristes ont trouvé des façons d’exploiter les innovations technologiques pour cacher leurs activités illégales », a fait valoir le ministre Towes. « Ce projet de loi offrirait aux organismes d’application de la loi et au SCRS les outils d’enquête dont ils ont besoin pour faire leur travail et pour assurer la sécurité de nos collectivités », a-t-il ajouté.

Commentaire :
Les mots « terroristes » et « sécurité » font désormais partie intégrante du Novlangue occidental et il semble qu’on doive les utiliser partout, tout le temps même si en théorie ce projet de loi vise les… pédophiles.

Des fournisseurs qui hésitent à coopérer

À l’heure actuelle, a expliqué le ministre Toews, des fournisseurs de services de télécommunications peuvent refuser de donner les renseignements personnels de leurs clients aux services de police. Quand ils les fournissent, dit-il, cela prend en moyenne 13 jours.

Les policiers sont par ailleurs démunis face aux façons de faire de certains fournisseurs. Une entreprise ne répond aux demandes du genre que le vendredi, une autre n’y répond que si la demande est acheminée par courriel.

Le ministre Toews soulève notamment un cas où les policiers de la Gendarmerie royale du Canada au Nouveau-Brusnwick se sont butés à un fournisseur de service Internet qui refusait de leur donner les renseignements personnels d’un homme suspecté de distribuer de la pornographie juvénile.

Lorsque le fournisseur a donné les renseignements, 15 jours plus tard, le suspect avait cessé ses activités. Lorsqu’il les a reprises, quelques mois plus tard, la police s’est rendu chez lui sur le champ et a découvert que non seulement il distribuait du matériel pornographique, mais qu’il en fabriquait.

Si le fournisseur avait donné les renseignements requis plus rapidement, dit le ministre Toews, des victimes auraient pu être sauvées.

Commentaire :
Bien que la pédophilie soit un acte des plus abjects, nous avons droit à la même tactique propagandiste de la part de nos contrôleurs : utiliser la corde sensible des enfants victimes d’abus pour mettre en place un système de surveillance et de contrôle draconien. Le reste de l’article se trouve ici. Mais comme s’il n’était pas suffisant de capitaliser sur les victimes juvéniles, nos chers dirigeants sans scrupules vont jusqu’à accuser ceux qui s’opposent à ce type de lois liberticides de… supporter et appuyer les pédophiles! Rien de moins.

 

Surveillance en ligne : les opposants appuient les pédophiles, dit Vic Toews

Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews © PC/Sean Kilpatrick

Le gouvernement affirme que ceux qui s’opposent aux plans fédéraux visant à faciliter la surveillance électronique par la police et les services de sécurité sont du côté des pédophiles.

Il s’agit de la première salve dans une bataille qui reprendra mardi lorsque le gouvernement déposera de nouveau un projet de loi qui augmenterait les pouvoirs de ceux qui font de la surveillance en ligne.

La question oppose le désir des responsables des services policiers et de renseignement d’avoir un accès plus facile aux informations sur les internautes et le droit des personnes à la vie privée.

Interrogé lundi à la Chambre des communes à propos du projet de loi, le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a dit à un député libéral qu’il pouvait se ranger du côté du gouvernement ou « des pédophiles » qui sévissent en ligne.

Commentaire :
Le bonne vieille technique à la W. Bush : « Vous êtes avec nous ou contre nous ». Pitoyable.

La commissaire à la protection de la vie privée, Jennifer Stoddart, a mis en garde contre la simple restructuration de projets de loi morts au feuilleton pour augmenter les pouvoirs de surveillance, citant plusieurs manquements.

L’une des principales inquiétudes de Mme Stoddart est liée à des dispositions qui permettraient aux autorités d’accéder aux informations d’un client d’un fournisseur de services Internet sans avoir besoin de l’approbation d’un juge.

Le bureau du ministre Toews a indiqué que le gouvernement annulera un déséquilibre entre les impératifs des pouvoirs d’enquête et la protection de la vie privée.

Malgré tout, des députés de l’opposition ont été alarmés par ses commentaires, lundi.

« Apparemment, si vous tenez aux libertés civiles dans ce pays, vous êtes nécessairement du côté des pédophiles et des meurtriers », a lancé Elizabeth May, la chef du Parti vert.

« Vous êtes la pire sorte de vermine si vous croyez que la Charte est un instrument important pour le respect des lois dans ce pays. Je suis horrifiée par ce genre de discours. Cela nous rabaisse tous. »

Partager cet article :