Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 29 Juil, 2011 dans Big Brother

Faut-il surveiller la surveillance?

(Source : RTL)

Le sénateur Guido De Padt (Open Vld) a déposé une proposition de loi visant à l’instauration d’une banque de données publique permettant à chacun, via internet, de savoir dans quels lieux ouverts sont installées des caméras de surveillance, peut-on lire mardi dans les quotidiens de L’Avenir.

« Chez nous, plus de la moitié des magasins sont équipés d’une ou de plusieurs caméras; les gares ferroviaires ainsi que leurs abords en comptent 1.500; tous les véhicules entrant dans la zone de police Westkust sont automatiquement enregistrés; la police de la zone Bruxelles-Nord a testé un drone de caméras de surveillance« , explique-t-il. « Chaque citoyen a le droit de savoir dans quels lieux ouverts des caméras sont en service ». La banque de données serait alimentée en premier lieu par la Commission de protection de la vie privée. Cette dernière relève toutefois qu’une telle banque de données « ferait double emploi avec le registre public déjà à la disposition des citoyens ». Depuis 2008, tout responsable du traitement d’images prises par une caméra de surveillance est obligé d’en notifier l’emplacement auprès de la Commission en question et de la zone de police concernée. Mais il est impossible de savoir si toutes les caméras sont effectivement déclarées. « Nous ne disposons pas encore d’agents d’inspection », reconnaît la porte-parole de la Commission. Actuellement, on recense officiellement 16.351 caméras dans les lieux fermés accessibles au public, 262 dans les lieux ouverts et 1.718 sur les lieux de travail.

Commentaire :
Le comble du paradoxe de notre ami Big Brother. Un peu le principe de la police de la police, mais cette fois sous la bannière citoyenne. Ces informations ne serviront-elles pas aux « terroristes » comme on a déjà dit de Google Earth? Il ne faut pas se leurrer, consulter régulièrement cette banque publique ne ferait qu’attirer les soupçons et offrir un argument de plus en notre défaveur advenant le cas où nous serions sous enquête pour une raison quelconque. 1984?

Partager cet article :