Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 18 Avr, 2012 dans Présence

Armel Aubert, 98 ans, Ufologue depuis 1954

(Source : Sud Ouest – Merci à Michel)

Armel Aubert, 98 ans, doyen de Cavignac, est passionné par l’observation des ovnis. En cinquante-sept ans, il prétend avoir recensé plus de 50 apparitions extraterrestres.

En janvier 2001, l'engin se serait posé ici, dans un champ de Cavignac. Depuis, « l'herbe reste jaune, quelle que soit la saison », affirme Armel Aubert. (Photo M.-C. W.)

Armel Aubert est le doyen de sa commune de Cavignac. À 98 ans, l’homme a encore bon pied bon œil. Cet ancien maraîcher, veuf depuis des années, vit toujours chez lui, continue à lire et à se documenter sur quelques thèmes qui le passionnent. Il est ainsi féru d’histoire et d’archéologie. Il a aussi un autre sujet d’étude, d’aspect moins académique, mais qu’il aborde de manière tout aussi méthodique.

Car Armel Aubert est aussi un ufologue impliqué depuis 1954, le jour où, pour la première fois, il prétend avoir vu des drôles d’engins. Il est convaincu depuis de l’existence d’une vie extraterrestre, d’autant que, en cinquante-sept ans, il affirme avoir observé une cinquantaine de phénomènes. « Je ne vois pas pourquoi, dans les milliards de planètes de l’univers, nous serions les seuls habitants ! Croire que l’homme est seul est le signe d’un ego surdimensionné et d’un manque total d’imagination », dit le nonagénaire, qui raconte sa passion.

« J’ai vu des ovnis la première fois le 7 octobre 1954. Cette nuit-là, j’ai ainsi pu observer, depuis chez moi, trois boules lumineuses alignées, suivies d’étincelles qui sont apparues alors que la formation accélérait. Cet ensemble se déplaçait à basse altitude en suivant la ligne de chemin de fer à une vitesse moyenne », raconte-t-il.

 

Lumières près de la centrale

Armel a consigné, numéroté, parfois daté à la minute et même schématisé toutes les apparitions. En compulsant ses archives, on peut y lire par exemple : « En 1974, le 18 juin à 5 h 30, je décidais de partir à la pêche à Marsas. J’aperçois une lumière qui se déplace vers Marcenais. J’ai cru d’abord à une étoile mais plus j’avançais plus la lumière grossit. Une deuxième lumière alors se détache, se déporte sur la droite et en rejoint une autre. Puis les trois filent à une vitesse instantanée et sans bruit. »

En novembre 1978 et janvier 1979, il croit voir neuf fois le même ovni. Il en décrit l’aspect. « Il avait une luminosité variable, la lumière augmentant pendant environ trois secondes et diminuant ensuite de façon similaire. Il semblait intéressé par les travaux de la centrale nucléaire à Braud-et-Saint-Louis. Il est passé à la verticale de la maison, a décrit ensuite un cercle au-dessus de la centrale. Dans la direction où il se dirigeait, j’ai pu remarquer deux éclats lumineux, comme s’il était accompagné de deux autres engins. »

Puis, « le 1er décembre 1999 à 16 h 10, j’étais occupé à scier une branche, je regarde en l’air et je vois une boule lumineuse suivie de trois disques de teinte verte. L’ensemble se déplaçait lentement environ à 300 mètres de hauteur. Cette formation a d’ailleurs aussi été vue par un jeune homme à Saint-André-de-Cubzac. » Mais en janvier 2001, cette fois, il a observé des points d’impacts sur un champ à Cavignac. « L’engin s’est posé pour moitié dans un champ, pour l’autre moitié dans une vigne. Il devait faire 14 mètres de diamètre. Les pieds de vigne étaient brisés à 30 centimètres de hauteur, ce qui tendrait à prouver que leur système de propulsion est placé au-dessous du disque. Depuis ce jour, l’herbe est toujours jaune à cet endroit. J’ai pu noter qu’un engin s’est probablement stabilisé sur une haie à 1 mètre de hauteur étant donné que les arbres étaient broyés. Depuis, rien ne pousse à cet endroit. »

Aucun indice pour l’instant ne vient corroborer ou infirmer sa bonne foi. Il n’est pas un cas isolé en Gironde qui compte quelques ufologues locaux, parfois réunis en association.

 

Les yeux au ciel

Armel, de son côté, a beaucoup lu sur le sujet des extraterrestres et objets volants non identifiés. Il apprécie autant des auteurs « neutres », comme Pierre Lagrange ou Jacques Vallée que des auteurs ouvertement convaincus de l’existence extraterrestre, tels Guy Tarade ou Jean-Claude Bourret, son ami rencontré à Libourne lors d’une conférence sur les ovnis.

En France, on compterait trois grands millésimes dans l’histoire des apparitions d’ovnis : 1954, 1974 et enfin 1990, où des milliers d’observations sont recensées. Beaucoup ont été identifiées comme des phénomènes astronomiques naturels, d’autres résisteraient à toute explication rationnelle… Armel, lui, continue de lever les yeux au ciel.

Commentaire :
Je dédie à Armel cette courte vidéo.

Partager cet article :