Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 2 Oct, 2012 dans Feux célestes

Un [autre] météore dans le ciel du Québec

(Source : MétéoMédia)

Un météore a pu être observé dans le ciel du Québec vendredi dernier (Photo : Courtoisie de Guillaume Poulin, Astrolab du Mont-Mégantic).

Il s’agissait en fait d’un météore qui a explosé en entrant dans notre atmosphère. « Ce flash de lumière a été causé par l’entrée dans l’atmosphère d’un gros morceau de roche. La friction avec l’atmosphère dégage beaucoup de chaleur, d’énergie, qui est transmise sous forme de lumière », explique Guillaume Poulin, communicateur scientifique à l’Astrolab du Mont-Mégantic.

Il importe de distinguer les termes météore et météorite, qui désignent deux aspects différents d’un même phénomène.

« Le météore est le phénomène lumineux qu’on voit dans le ciel. Parfois, il peut arriver qu’un météore va laisser des fragments qui ne sont pas complètement désintégrés et qui vont être retrouvés sur Terre. Ces petits fragments sont ce qu’on appelle des météorites », explique Guillaume Poulin. On estime qu’entre 10 et 100 tonnes de roche tombent ainsi chaque jour sur la Terre. 

Commentaire :
Et cette estimation ne prend probablement pas en compte l’impressionnante augmentation de la fréquence du phénomène…

Le passage de météore est plus fréquent qu’on le pense; toutefois, ces phénomènes sont rarement observés, soit parce qu’ils se produisent dans des zones inhabitées, soit parce que le ciel est couvert. La brillance du météore de vendredi est toutefois assez particulière. « Des boules de feu comme on a vu vendredi, ce n’est pas si fréquent. Selon diverses organisations internationales, c’est environ un météore sur 12 000 qui devient aussi brillant. Dans ma carrière d’astronome, j’en ai vu beaucoup de météore, mais jamais aussi brillants!», note Guillaume Poulin.

Commentaire :
Pas si fréquent? Rarement observés? Autruche médiatique, quand tu nous tient…

L’ampleur du flash laisse croire qu’il s’agissait sans doute d’un assez gros météore. « La composition du météore va changer ce qu’on observe, mais on peut sans doute parler de quelque chose qui se situe entre 10 et 40 centimètres », estime Guillaume Poulin.

Partager cet article :