Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 22 Avr, 2012 dans Feux célestes

Soleil : champ magnétique renversé et pôle quadruple en mai

(Source : ESO News)

En mai 2012, selon l’Observatoire Astronomique Nationnal du Japon, le champ magnétique du soleil sera renversé et deviendrant à pôle quadruple. Cela signifie qu’il y aura des pôles positifs aux pôles sud et nord et qu’un champ négatif apparaîtra à l’équateur.

Un phénomène similaire est survenu il y a 300 ans, la Terre a expérimenté une légère baisse de température (environ 0,6 degré).


On ne sait pas pourquoi le renversement de pôle se produit mais on constate que c’est lié au cycle de 11 ans des tâches solaires. Exceptionnellement, le présent cycle s’allonge sur 13 ans comme il y a 300 ans.

Source

Commentaire :
Et quelle genre de météo l’Europe a-t-elle connu il y a 300 ans? en voici un aperçu :

hiver 1684                   hiver très dur, la mer gèle sur plusieurs milles en Angleterre, en Hollande et en France. Aucun bateau ne peut en sortir. Tamise gelée du 23 décembre au 7 février, des marchés s’y déroulent dessus. Famine  à Tours. Neige extraordinaire dans le midi. Garonne gelée grâce à la couche de neige les blés sont épargnés

15 janvier 1684              -14.9° à Paris

16 janvier 1684              -14.9° à Paris

3 février 1684                -16.3° à Paris (max. –10.9°)

4 février 1684                -16.8° à Paris

printemps 1684             printemps sec

été 1684                      été chaud, vendanges précoces, juin et juillet caniculaires dans l’Est très chaud très sec, « stérile en grains » (Seine et Marne)

10 juillet 1684               35° à Paris (selon les mesures de Cassini)

4 et 8 août 1684            35° à Paris (selon les mesures de Cassini)

24  août 1684                Grandes chaleurs, récoltes perdues (Deux Sèvres)l

automne 1684               froid et humide

23 septembre 1684        max. 12.1° à Paris

novembre 1684              très froid

hiver 1685                     hiver très froid (neige abondante dans l’Est)

printemps 1685             sec

été 1685                       été froid et humide, « rude » récoltes bonnes (Poitou). Toujours la sécheresse dans le midi « les cachots sont remplis de fermiers inolvables »

5 juin 1685                    pas plus de 12.9° à Paris

automne 1685               automne doux

hiver 1686                     hiver peu rigoureux (en janvier inondation dans l’Ouest)

printemps 1686            printemps très chaud et sec

été 1686                      été chaud, sécheresse, migration de sauterelles dans le midi, caniculaire dans le Nord, vendanges précoces

21 juin 1686                  Nuit chaude, min. 22.2° à Paris

automne 1686               Automne sec

1687-1690                    quatre printemps. Etés pourris redoutables fraîcheurs après des belles années

hiver 1687                     Hiver très froid et très neigeux,

printemps 1687             frais

11 mars 1687                23.7° à Paris

19 mai 1687                  29.8° à Paris

été 1687                       encore favorable, très bonnes (Poitou) à nouveau plus humide dans le midi, après 7 ans de sécheresse

automne 1687               frais et humide

12 septembre 1687        max. 11.8° à Paris

hiver 1688                     Hiver très froid   (ACS) ou pas rude du tout (Vareddes)

Printemps 1688             Très froid et sec. Toute l’année est froide.

Eté 1688                      Eté frais et humide (ACS) ou bon (Vareddes)

30 juillet au 1er août 1688           Gel nocturne, par temps clair (Indre et Loire)

automne 1688               frais et humide

2 septembre 1688         Neige et gel nocturne à Manthelan (Indre et Loire)

octobre 1688                 très froid

hiver 1689                     Hiver froid,

1er janvier 1689              Crues, inondations à Saumur (Maine et Loir)

13 janvier 1689              -14.9° à Paris

printemps 1689             froid

30 mai 1689                  pas plus de 12.1° à Paris

été 1689                       frais et très humide,

1er juin 1689                  pas plus de 11.1° à Paris

4 juin 1689                    pas plus de 12.1° à Paris

10 août 1689                 26.8° à Paris…et c’est le plus chaud de tout l’été !

16 août 1689                 max. 16.5° à Paris

automne 1689               humide (inondations en octobre en Seine et Loire)

1690-1701                    années catastrophiques En Suède décennie très humide, printemps froids

printemps 1690             Printemps glacé

été 1690                       humide

28 juin 1690                  Gros orage à Sceaux (Hauts de Seine). La Seine atteint 7 m 55 à Paris

hiver 1691                     hiver glacial et très sec.

27 janvier 1691              max. 4.2° à Paris, c’est le plus chaud de tout le mois

7 au 9 mai 1691            En mai fortes gelées (vignes centre – est + Deux Sèvres)

21 mai 1691                  Orage de grêle à Exoudun (Deux Sèvres)

été 1691                       été chaud, « rude »

automne 1691               frais

11 novembre 1691         max. 0.1°  à Paris

hiver 1692                   hiver très froid, glacial, neigeux

janvier 1692                  Neiges abondantes en Seine et Loire

février 1692                   Neiges abondantes dans le Centre et le Nord

Printemps 1692           très froid

24 avril 1692                très froid, « à peine une feuille sur les arbres »

mai 1692                      Gel des vignes

9 mai 1692                   pas plus de 9.6° à Paris

été 1692                      été pourri, glacé et très pluvieux saisons « renversées »

22 juin 1692                  Gros orage près de Ribeauvillé

juillet 1692                    Pluies continuelles dans le Nord, et l’Est

6 août 1692                  Le Furan déborde à St-Etienne

automne 1692             froid et humide, vendange le 12 novembre !

septembre 1692            Pluies abondantes dans le Nord

14 septembre 1692        max. 11.4° à Paris

11 octobre 1692            max. 4.2° et neige à Paris !

18 octobre 1692           le gel anéantit le peu de blé qui reste, grappes gelées avant maturité

27 octobre 1692           15 cm de neige à Paris ! 

novembre 1692              Glacial dans l’Ouest

1692-1693                    récoltes ratées, famine, disette apocalyptique, 

hiver 1693                     hiver froid. Meuse gelée à Namur

printemps 1693            printemps glacé, très humide

22 mars 1693                Pâques précoces

13 mai 1693                  pas plus de 8.2° à Paris

été 1693                       meilleur que 1692, orages coup de chaleur en août, échaudage très mauvaises récoltes. Famine

automne 1693               automne froid et pourri

hiver 1694                   hiver très froid, le lac de Constance gèle

janvier 1694                  Glacial dans le Centre. Neige abondante dans l’Est et Sud-Est

24 janvier 1694              -13.5° à Paris

février 1694                   Neige abondante dans le Centre

printemps 1694             frais et sec

28 avril 1694                 26.2° à Paris

été 1694                       humide « fort peu de vin » en Meurthe et Moselle

août 1694                     Tornade à Topsham (S.O. Angleterre)

3 août 1694                  Crue du Furan (rupture), St-Etienne inondée

automne 1694               frais et humide

octobre 1694                 très froid

hiver 1695                   hiver très froid, très sec,.Islande entièrement prise de glaces. D’octobre à mars. Jusqu’à –15° à Paris

6 février 1695                -18.1° à Paris

10 février 1695               -17.2° à Paris

Printemps 1695           Printemps glacé

Eté 1695                      été froid, cyclonique. Pluies « inquiétantes » en juillet et en août vendanges tardives (38)

27 octobre 1695            max. 5.7° à Paris

Hiver  1696                   sec et froid

15 janvier 1696              17.9° à Paris, record de douceur…

printemps 1696             froid

été 1696                       humide, récoltes acceptables

hiver 1697                     Hiver très froid, sec, Rhône gelé, famine nordique. Garonne gelée

5 février 1697                -15.8° à Paris

printemps 1697             froid

10 mai 1697                  29.8° à Paris

11 mai 1697                  30.1° à Paris….et c’est le plus chaud de toute l’année !

été 1697                       humide , récoltes acceptables

automne 1697               frais

9 octobre 1697              max. 7.5° à Paris

hiver 1698                   hiver très froid

janvier et fév.1698          Glacial, neige dans le Centre

février 1698                   Inondations en Seine, Loire, Ouest

1er février 1698               -12.6° à Paris

printemps 1698            printemps froid et humide (en mai vignes gelées)

mars et avril 1698          Début de printemps pourtant favorable

mai 1698                      Glacial, le plus froid entre 1676 et 1712

3 mai 1698                   Très fortes gelées, vignes durement touchées. -0.1° à Paris

8 mai 1698                   Neige à Valenciennes

14 mai 1698                  pas plus de 7.8° à Paris

été 1698                       été froid (chaud selon quid, « rude » selon parentele), vendanges extrêment tardives « l’année la plus froide de tous les temps » (Indre et Loire). Aucune vendange récoltée en Vendée

19 juin 1698                  Pluies. Crues, inondations à Puiseaux (Loiret) et à Aufferville (Seine et Marne)

Août-septembre 1698    Très frais

23 août 1698                 max. 16.1° à Paris

automne 1698               automne froid et très humide, en septembre fortes pluies Ouest + Sud-Ouest

3 septembre 1698         Orage de grêle à St-Flouvier (Indre et Loire)

hiver 1699                     Hiver froid, neigeuxMeuse gelée à Namur

Printemps 1699           Printemps glacial ! !

Automne 1699              sec

1700 à 1703                  vendanges tardives

hiver 1700                     Hiver très froid et sec

printemps 1700            Printemps glacial !

 

Source : http://www.meteoromandie.ch/de-lan-1681-a-lan-1700.php



Partager cet article :