Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 26 Fév, 2012 dans Feux célestes

Boules de feu [météorites] trés inhabituelles sur Terre : les scientifiques s’interrogent

(Source : David Jarry)

Un certain nombre de boules de feu inhabituelles (roches spatiales) ont été observées autour des États-Unis ce mois-ci et les chercheurs se demandent si la Terre ne traverse pas un essaim particulier de météorites. 

Au milieu de la nuit du 13 février, quelque chose a perturbé la population animale en Géorgie rurale.

Les vaches ont commencé à beugler avec impatience et les chiens a hurler dans le ciel. La cause de cette agitation: une météorite.

« À 1 H 43 , j’ai observé une boule de feu incroyable, » rapporte le résident Henry Strickland. « Elle était très grande et éclairée jusqu’à la moitié du ciel car elle était fragmentée. L’événement a fait aboyer les chiens et bouleversé les bovins, qui ont commencé à s’agiter. Je regrette de ne pas avoir eu de caméra ; elle a duré près de 6 secondes. »

Strickland a été témoin de boules de feu très inhabituelles en février.

«Ce mois-ci, quelques roches du grand espace ont traversé l’atmosphère terrestre, » dit Bill Cooke du Bureau de l’environnement de météorites de la NASA. « Il y eu cinq ou six notables bolides qui pourraient avoir chuté tout autour des Etats-Unis ».

Ce n’est pas le nombre de boules de feu qui a laissé les chercheurs perplexes mais l’apparition et la trajectoire qui les distingue .

En effet, jusqu’à présent, le compte de boule de feu en février 2012 était normal.

« Ces boules de feu sont particulièrement lentes et pénétrantes, » explique l’expert en météorite Peter Brown, un professeur de physique à l’Université de Western Ontario. « Ils atteignent le sommet de l’atmosphère se déplaçant plus lentement que 15 km/s, décélèrent rapidement et pénètrent jusqu’à un rayon de 50 km de la surface de la terre. »

L’action a commencé le soir du 1er février, lorsqu’une boule de feu a été observée au Centre du Texas par des milliers de spectateurs dans la région de Dallas-Fort Worth.

« C’était plus brillant et durable que tout ce que j’ai vu avant, » rapporte un témoin oculaire Daryn Morran. « La boule de feu a pris environ 8 secondes pour traverser le ciel. Je pouvais voir la boule de feu commencer à ralentir ; puis exploser comme un obus d’artillerie de fusée en plusieurs morceaux, scintiller pendant quelques temps et ensuite lentement brûler. » Un autre observateur Coppell, au Texas, a signalé une double détonation quand l’objet à fait irruption et se séparer en deux grands morceaux avec de nombreux petits morceaux. »

La boule de feu a été assez brillante pour être vu sur les caméras de la NASA situées au Nouveau-Mexique, à plus de 500 kilomètres. « C’était environ aussi brillant que la pleine lune, » explique Cooke. Basé sur les images de la NASA et d’autres observations, Cooke estime que l’objet était de 1 à 2 mètres de diamètre.

Jusqu’en février, le réseau de boule de feu pour le All-Sky de la NASA a photographié une demi douzaine de météores lumineuses qui appartiennent à cette catégorie excentrique. Ils sont de la taille des ballons de basket , et tous partagent la même vitesse d’entrée lente et pénétration profonde atmosphérique.

Cooke a analysé leurs orbites et est arrivé à une conclusion étonnante :

« Ils sont tous originaires de la ceinture d’astéroïdes – mais pas depuis un emplacement unique dans la ceinture d’astéroïdes, » dit-il. « Il n’y a aucune source commune pour ces boules de feu, ce qui est curieux et anormal. »

Ce n’est pas la première fois que les observateurs du ciel ont remarqué d’ étranges boules de feu en février. En fait, les « boules de feu de février » sont un peu une légende dans les milieux de la meteor.

Brown explique: « depuis les années 1960 et 1970, les astronomes amateurs ont remarqué une augmentation du nombre de bolides en pénétration profonde vive, produisant des sons au cours du mois de février. Les nombres semblaient importants, surtout lorsque vous considérez qu’il y a peu de gens à l’extérieur pendant la nuit en hiver. Les études de suivi à la fin des années 1980 ont suggéré qu’il n’y avait aucune grande augmentation du taux des boules de feu en février. Néanmoins, nous avons toujours cru que quelque chose se passait. »

En effet, une étude de 1990 par l’astronome Ian Holliday suggère que les « boules de feu en février » sont bien réelles. Il a analysé les documents photographiques d’un millier de bolides des années 1970 et 1980 et a constaté qu’un flot de boules de feu croise l’orbite de la terre en février. Il a également trouvé des signes de flux de boules de feu en fin d’été et à l’automne. Les résultats sont controversés, cependant. Halliday a même reconnu certaines grandes incertitudes statistiques dans ses résultats.

La NASA All-Sky Fireball réseau pourraient finir par résoudre le mystère. Cooke et ses collègues vont répandre la couverture du réseau de caméras à travers l’Amérique du Nord pour un échantillonnage dense, sans interruption du ciel nocturne.

« La merveille de notre système de caméras intelligente, » note Cooke, « est qu’elle mesure presque instantanément les orbites. Nous savons tout de suite quand une rafale de boule de feu est en cours, et nous pouvons dire d’où viennent les météorites. » Ce type de données instantanées est presque sans précédent dans la science des météores et promet de nouvelles connaissances sur l’origine des boules de feu de février.

Pendant ce temps, le mois n’est pas terminé encore. « Si les vaches et les chiens commencent à s’agiter « conseille Cooke, « sortez et jetez un coup de œil. »

Partager cet article :