Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Pages Menu
Menu

Publié le 16 Avr, 2014 dans Découvertes

Un océan découvert sous la surface d’une lune de Saturne

(Source : Le Nouvel Observateur – Merci à Clara)

Encelade, petite lune de Saturne, a de l’eau liquide sous sa surface glacée… et peut-être tous les élements nécessaires à l’apparition de la vie.

Commentaire :
Lentement, inexorablement lentement… Il est si simple de comprendre que la vie est partout, toujours. Mais, semble-t-il, il faut nous préparer lentement à la « révélation » que nous ne sommes pas seuls dans l’Univers.

Encelade, petite lune de Saturne, possède un océan d'eau liquide sous sa surface gelée Image Nasa / JPL / Caltech

Encelade, petite lune de Saturne, possède un océan d’eau liquide sous sa surface gelée Image Nasa / JPL / Caltech

Lorsqu’on parle des satellites de Saturne, on a plutôt tendance à penser à Titan, lune dotée d’une atmosphère et véritable réservoir d’hydrocarbures.

Commentaire :
Partout, toujours.

Mais aujourd’hui, c’est une autre lune de Saturne qui lui vole la vedette : Encelade, petite lune glacée d’à peine 500 kilomètres de diamètre.

La Nasa vient en effet d’annoncer que des données recueillies par la sonde Cassini et par le Deep Space Network, le réseau de communication avec l’espace lointain de l’agence spatiale américaine, ont permis de mettre en évidence l’éxistence d’un important océan souterrain, composé d’eau liquide. Cela place Encelade en bonne position parmi les candidats potentiels à l’existence d’une vie, tout au moins microbienne.

La présence d’un tel océan avait été envisagée depuis que la sonde Cassini avait détecté de la vapeur d’eau et de la glace s’échappant par des fissures près du pôle sud de cette lune. Les chercheurs avaient alors pensé que l’eau provenait d’un océan sous la surface, mais sans en avoir la preuve.

Cette fois, ce sont des données géophysiques de la structure interne et les mesures gravitationnelles d’Encelade, publiées dans l’édition du 4 avril de la revue Science,  qui viennent confirmer qu’il y aurait un océan de 10 kilomètres de profondeur, loin sous une couche de glace épaisse de 30 à 40 kilomètres. Cet océan serait équivalent en taille au Lac Supérieur, l’un des Grands Lacs au nord des Etats-Unis.

La sonde Cassini est passée près d’Encelade 19 fois, et en a effectué trois survols entre 2010 et 2012, permettant des mesures de trajectoire précises. Les variations dans la trajectoire de la sonde due au champ gravitationnel de la lune ont été minutieusement étudiées, car elles sont causées par le relief et la différence dans la composition du sous-sol. Ces variations de vitesse et de trajectoire de Cassini ont été mesurées de manière très précise grâce au Deep Space Network.

Les mesures montrent une anomalie gravitationnelle négative près du pôle sud, mais qui n’est pas aussi importante que ce qu’on attendait au vu de l’importante dépression observée par la caméra de bord de Cassini. La conclusion est qu’il doit y avoir un matériau plus dense qui compense la masse manquante, très probablement de l’eau liquide.

Si l’on ajoute à cela que les matériaux éjectés en jets du pôle sud contiennent de l’eau salée et des composés organiques, on a là les ingrédients de base qui rendent la vie possible, conclut l’une des chefs de projet du JPL (laboratoire de la Nasa). Il ne restera donc plus qu’à aller voir, ce qui n’est pas une mince affaire : il a fallu 7 ans à la sonde Cassini pour atteindre Saturne…