Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 6 Août, 2011 dans Découvertes

Des anomalies de trajectoire affectent différentes sondes spatiales

(Source : David Jarry)

Voici un article de Thunderbold sur les anomalies de trajectoires des différentes sondes envoyées dans le système solaire:

Les scientifiques sont intrigués par l’accélération inattendue de plusieurs engins spatiaux non habités quand ils ont volé vers le Soleil.

Dans un précédent article Thunderbolts Picture of the Day sur le soi-disant « anomalie Pioneer », nous avons noté que les scientifiques de la NASA ont déterminé que les deux Pioneer 10 et 11 ont dévié de leur course de plus d’une centaine de milliers de kilomètres. Une mission de spécialistes a admis qu’ils n’avaient pas d’explication de l’écart de navigation, tant de spéculations ont été annoncés à la presse à propos de ces « mystérieuses » forces pouvant agir sur la petite sonde.

Dès Septembre 1998, cependant, les mêmes forces énigmatiques ont également été signalées agir sur l’engin spatial Ulysse, qui est actuellement dans une orbite haute dans le système solaire. Dans ce cas, Ulysse a fait preuve d’une accélération solaire lorsque les signaux radio de la Terre ont rebondi sur un transpondeur à bord de l’observatoire solaire et indiqué un décalage Doppler de la fréquence de transmission de retour. La fréquence induite est plus grande que celle qui pourrait être affectée par tout mécanisme connu et personne dans la communauté scientifique ne peut encore en tenir compte.

Plus de sondes spatiales sont maintenant ajoutés au mélange. Après examen de la télémétrie de NEAR-Shoemaker (désormais posé sur la surface de l’astéroïde Eros), la mission Galileo vers Jupiter, Cassini-Huygens (une partie de chaque orbite autour de Saturne et l’autre reposant sur la surface de Titan), la sonde cométaire Rosetta et la MESSENGER mission vers Mercure, la même divergence a été détectée.

John Anderson, astronome à la retraite actuellement en mission à la NASA, a récemment écrit:

« Je me sens la fois humble et perplexe par cette mesure. Il ya quelque chose de très étrange à faire avec les déplacements des engins spatiaux. Nous n’avons pas d’explication convaincante ni pour l’anomalie Pioneer ou de l’anomalie de survol …. Nous devons continuer à surveiller les engins spatiaux lors des survols de la Terre. Nous devons examiner attentivement les données nouvellement récupérés par Pioneer pour plus de preuve de l’anomalie de Pioneer. Il faut penser à lancer une mission dédiée à l’évasion de la trajectoire du système solaire, juste pour chercher des anomalies dans son mouvement. »

Les astronomes sont déconcertés par cette situation parce que les théories du mouvement dans le cosmos, reste dans un modèle gravitationnel. En fait, la théorie gravitationnelle est considérée par les cosmologistes comme étant la plus utile d’expliquer la façon dont l’univers se comporte ainsi que comme l’un de ses plus grands mystères.

La Dynamique Newtonienne Mise à jour (MOND) est l’une des plus exotiques idées proposées pour la façon dont les vaisseaux spatiaux sont touchés par ces changements subtils dans la vitesse et la direction. Peut-être que ce n’est pas plus exotique que de suggérer l’espace multidimensionnel, l’énergie sombre, la matière noire de friction et d’autres théories non vérifiable comme « la gravité qui affectent différemment l’anti matière. »

C’en est encore une autre dans une longue lignée des spéculations qui doivent être concocté en l’absence d’attention donnée à la charge positive qui se trouve dans le Soleil. La charge positive du Soleil met en place un champ électrique stable dans le plasma de l’espace interplanétaire à charge négative qui attire les objets vers lui. Dans un autre, Thunderbolts Picture of the Day, nous avons discuté de « backstreaming électrons » comme une preuve du champ électrique du soleil.

Commentaire :
Voilà qui corroborerait bien la théorie de « l’univers électrique »

Lorsque les engins spatiaux sont placés sur orbite terrestre, ou parte d’‘explorer les autres planètes, ils rassemblent une charge négative, les électrons en se déplaçant rapidement s’accumulent sur la surface. En général, la coquille d’un satellite peut avoir des centaines ou des milliers de volts par rapport à son environnement de plasma.

Comme Wal Thornhill l’a discuté dans « A Mystery Solved», dans le faible mais constant champ électrique du Soleil, le satellite chargé négativement subira une petite « anomalie » d’accélération vers le Soleil. Les scientifiques semblent bien trop désireux d’invoquer la «nouvelle physique» alors que la première exigence est de choisir le bon modèle. Ainsi faisait, la « vieille » physique. Peut-être qu’aujourd’hui la « nouvelle physique » a un trop grand attrait pour la frénétique course pour un prix Nobel.

 

http://thunderbolts.info/tpod/2009/arch09/090126trajectories.htm

Sources: Véritas

Depuis le blog de Adriana Evangelizt

Partager cet article :