Vous appréciez ce site?
Faites-le-moi savoir!
Rubriques

Publié le 11 Oct, 2011 dans Bouleversements climatiques du système solaire

Les hauts et les bas du Soleil ont un impact sur l’hémisphère nord

(Source : Cyberpresse)

Pour lever le doute, une équipe de météorologues britanniques dirigée par Sarah Ineson, du Met Office, a analysé les données les plus récentes sur les rayonnements ultra-violets émis par le Soleil, fournies par le satellite SORCE. Puis elle a bâti son propre modèle océano-atmosphérique en intégrant ces éléments. Photo: AP

 

Les hauts et les bas du Soleil ont un impact sur la météo de l’hémisphère nord, et la prise en compte du cycle solaire dans les modèles climatiques pourrait donc améliorer les prédictions sur le réchauffement, suggère une étude publiée dimanche.

Selon de nombreux experts, les variations de l’activité du Soleil, qui suit un cycle d’environ onze ans, seraient -avec le volcanisme- les principales sources naturelles du changement climatique, parallèlement au réchauffement provoqué par les activités humaines.

Mais faute d’instruments adaptés, le lien entre cycle solaire et météorologie n’a jamais été formellement démontré et reste très difficile à reproduire dans les modèles de prédiction climatique à long terme.

Commentaire :
Ainsi donc, nous nous rabattons sur la « seule autre » « raison possible » : l’activité humaine.

Pour lever le doute, une équipe de météorologues britanniques dirigée par Sarah Ineson, du Met Office, a analysé les données les plus récentes sur les rayonnements ultra-violets émis par le Soleil, fournies par le satellite SORCE. Puis elle a bâti son propre modèle océano-atmosphérique en intégrant ces éléments.

Les résultats, publiés dimanche dans la revue scientifique Nature Geoscience, sont parfaitement cohérents avec les observations de terrain dans l’hémisphère nord entre 2008 et 2011: des hivers froids en Europe du Nord et aux États-Unis, parallèlement à des hivers doux en Europe du Sud et au Canada.

Curieusement, d’après ce modèle, les variations des UV solaires auraient un impact strictement régional, sans aucune influence notable sur la moyenne des températures au niveau de la planète tout entière.

«Étant donné la quasi-régularité du cycle solaire de onze ans, notre découverte pourrait permettre d’améliorer la prédiction climatique à l’échelle décennale pour les régions situées hors des tropiques, densément peuplées», estime l’équipe de Sarah Ineson.

Autre sujet d’étonnement, les rayonnements ultra-violets émis par le Soleil pourraient être bien plus importants que les scientifiques ne le pensaient précédemment: les UV mesurés par SORCE sur la période 2004-2007 varient quatre à six fois plus que dans les estimations communément utilisées pour construire les modèles climatiques.

«Le sujet est sérieux, car les rayonnements UV jouent un rôle particulièrement important dans le réchauffement de la stratosphère -la couche de l’atmosphère comprise entre 12 et 50 km d’altitude- et dans la chimie de l’ozone», explique la climatologue allemande Katja Matthes dans un commentaire séparé publié par Nature.

«Par exemple, une variation de quelques pour cents des UV solaires au cours du cycle de onze ans peut entraîner des changements de l’ordre de quelques pour cents dans la concentration d’ozone, d’un degré dans la température tropicale, et jusqu’à 25% dans la vitesse des vents dans la stratosphère», ajoute-t-elle. Ces changements se répercutent ensuite sur la basse atmosphère et la surface de la Terre selon des processus encore mal connus.

Les résultats de l’étude dirigée par Sarah Ineson «sont intrigants mais, comme toujours, présentent un certain nombre de lacunes», juge toutefois Katja Matthes.

Par exemple, les chercheurs n’ont pas intégré dans leur modèle les effets de l’ozone. Ils n’ont pas non plus pris en compte les rayonnements du spectre visible ou infrarouge qui, contrairement aux UV, ne semblent pas être en phase avec le cycle solaire.

Si le modèle correspond de «manière frappante» aux observations météorologiques, ces résultats, «uniques» dans tous les sens du terme, doivent encore être validés par des observations plus larges et sur une période plus longue, conclut Mme Matthes.

Partager cet article :